La guerre froide dans nos têtes : un podcast à écouter en ligne | France Culture

France Culture
France Culture
© Fanatic Studio / Gary Waters, Getty
© Fanatic Studio / Gary Waters, Getty
© Fanatic Studio / Gary Waters, Getty
Enseigne de la guerre froide, Berlin, Allemagne
En 1947, le monde se sépare progressivement. Un nouveau conflit nommé “guerre froide” naît dans l’après Seconde Guerre mondiale, partage le monde des humains et bien sûr souvent les familles.
30 min
Abri antiatomique
Progressivement, les Etats prennent position dans la guerre froide qui implique même sans combats officiels tout l’arsenal d’une veillée d’armes et avec elle la science et ses innovations de destruction.
27 min
Le pianiste de jazz Dave Brubeck pose pour un portrait avec le Dave Brubeck Quartet qui comprenait Paul Desmond au saxophone, Eugene Wright à la basse et Joe Morello à la batterie en 1959
Parmi les armes de persuasion de la guerre froide, la culture est peut-être plus que jamais au premier plan et avec elle bien sûr la musique.
28 min
Nikita Khrouchtchev et Mao Tse Tung se portent un toast.
Dans une guerre, même froide, il y a les alliés dociles et les plus remuants. L’alliance de la Russie et de la Chine n’a rien d’évident dès les débuts de la guerre froide, et la crise des missiles de Cuba en 1962 va mêler ce qu'à l'époque on appelle le Tiers-monde.
30 min
Le Kitchen Debate entre le vice-président américain Richard Nixon et Nikita Khrouchtchev, secrétaire du Parti communiste soviétique - 24/7/1959 à Moscou
Après la mort de Staline en 1953, le nouveau nerf de la guerre froide, c’est le confort de vie. Les Etats-Unis avec l’Europe occidentale ont une longueur d’avance. Une promesse de bonheur par la consommation qui préoccupe aussi à l’Est, conscient du danger représenté par ce nouveau front. 
29 min
Glienicker Bridge du côté américain, où le pilote de U2 Francis Gary Powers a été échangé contre l'espion russe condamné Rudolf Abel.
S’il y a un personnage que l’on relie immédiatement à la guerre froide, c’est l’espion. Avec sa cinématographie, ses légendes et ses rebondissements, voici l’histoire de ces "cold warriors".
29 min
Evacuation des troupes soviétiques, signant la fin de la première guerre d'Afghanistan, 1988, en Afghanistan.
La guerre n’est pas toujours si froide. Retour sur les fronts de guerre de combattants parfois clandestins et souvent désavoués.
27 min
L'écolière britannique Samantha Smith (1972 - 1985) (deuxième à droite) est accueillie par les jeunes pionniers russes à l'aéroport, péninsule de Crimée, Russie, le 9 juillet 1972.
La guerre froide s’arrête pour de multiples raisons : humanitaires, économiques, stratégiques et générationnelles. Mais elle s’arrête en laissant derrière elle l’empreinte de ces lignes de partage qui ont régi le monde pendant plus de quarante ans.
31 min
LSD, la série documentaire
Épisode 9/8 : Episodes 1 et 2
En 1947, le monde se sépare progressivement. Un nouveau conflit nommé “guerre froide” naît dans l’après Seconde Guerre mondiale, partage le monde des humains et bien sûr souvent les familles.
57 min
LSD, la série documentaire
Épisode 10/8 : Episodes 3 et 4
Parmi les armes de persuasion de la guerre froide, la culture est peut-être plus que jamais au premier plan et avec elle bien sûr la musique.
57 min
LSD, la série documentaire
Épisode 11/8 : Episodes 5 et 6
Après la mort de Staline en 1953, le nouveau nerf de la guerre froide, c’est le confort de vie. Les Etats-Unis avec l’Europe occidentale ont une longueur d’avance. Une promesse de bonheur par la consommation qui préoccupe aussi à l’Est, conscient du danger représenté par ce nouveau front. 
57 min
LSD, la série documentaire
Épisode 12/8 : Episodes 7 et 8
La guerre n’est pas toujours si froide. Retour sur les fronts de guerre de combattants parfois clandestins et souvent désavoués.
58 min

À propos de la série

Pour LSD, Anaïs Kien retrace l’histoire de la guerre froide pour comprendre comment ce conflit hors normes a laissé son empreinte dans notre manière de voir la guerre, de la vivre et de l’envisager au XXIe siècle.

Longtemps, la guerre froide c’était romanesque, c’était des ponts peuplés d’espions, des couples déchirés, des inventions folles, des ambitions sans limites, des petits morceaux de bravoure et de grandes trahisons. C’était vintage et inoffensif mais depuis le 24 février 2022 notre regard a changé. On s’en amuse moins, le roman d’aventures a fait long feu alors que l’invasion russe en Ukraine nous replonge dans une culture de guerre qu’on pensait enterrée. Et pourtant cette guerre froide est convoquée sans cesse pour comprendre ce qu’on n’a pas compris, pour redessiner la ligne de partage des responsabilités dans ce retour à la sauvagerie. Le besoin de comprendre ce qui s’est passé lors de cette guerre froide, ses malentendus, ses humiliations, ses rapports de force, se fait sentir. La guerre froide est terminée mais son histoire porte en elle les racines de ce qui nous inquiète aujourd’hui.

De 1947 à 1990 le monde est séparé entre le camp soviétique et le camp américain et même ceux qui refusent cette absence d’alternative doivent faire avec. C’est un conflit réputé sans combats armés, une guerre « froide » qui s’insinue dans les corps et les têtes.

Dans nos têtes, parce que la guerre froide impose des scénarios, des décors, des héros, des antihéros, des stéréotypes qui fonctionnent encore aujourd’hui et qui peuplent la représentation caricaturale des sociétés dans la propagande de part et d’autre du Mur de Berlin qui matérialise la division du monde. S’il n’y a pas de front et de tranchées dans la guerre froide, les sociétés civiles vivent en état de guerre avec une intensité variable mais toujours présente. Cette guerre qui s’interdit la mort en théorie s’impose en permanence dans l’actualité et contamine les territoires les plus isolés, les manières de faire, de penser, de créer et de raconter. La grande victoire de la guerre froide ce sont les discours, la propagande qui des deux côtés du Mur défendait le projet de civilisation, le mode de vie, les valeurs de chaque camp. La guerre froide produit des histoires, des narrations, des interprétations, et avec tout ça des stéréotypes.

Une série documentaire de Anaïs Kien, réalisé par Benjamin Hu.

Provenant de l'émission

LSD, la série documentaire, du lundi au vendredi de 17h00 à 17h55, rediffusion le soir à 23h sur France Culture

Documenter toutes les expériences de la vie, des cultures et des savoirs. Chaque semaine, un grand thème en quatre épisodes, autonomes et complémentaires. En ce moment, LSD, La Série Documentaire est en partenariat avec Tënk, la plateforme du documentaire d’auteur.