France Culture
France Culture
"Le Capitaine Fracasse" de Théophile Gautier
"Le Capitaine Fracasse" de Théophile Gautier
Le château de la Misère, illustration de Gustave Doré
Sur le revers d’une de ces collines décharnées qui bossuent les Landes, entre Dax et Mont-de-Marsan, s’élevait, sous le règne de Louis XIII, une de ces gentilhommières si communes en Gascogne, et que les villageois décorent du nom de château.
Le chariot de Thespis
Sigognac quitte la demeure familiale dans les Landes pour suivre le chariot de Thespis et tenter fortune à Paris
Illustration Gustave Doré
La troupe arrive chez le marquis de Bruyères qui, séduit par les charmes de la suivante Zerbine, a convié les comédiens à venir se produire chez lui.
Une impression d'une histoire de la gravure française du 16ème siècle à nos jours, par FL Leipnik, John Lane le Bodley Head Limited, Londres, 1924
Après avoir donné une représentation chez le marquis de Bruyères, la troupe a repris sa route. Et le voyage se poursuit, ponctué de spectacles, tandis que l'hiver approche...!
Illustration de Gustave Doré
La mort d'un des comédiens, Matamore, qui a succombé au froid d'une tempête de neige, donne au baron de Sigognac l'occasion de monter sur les planches pour le remplacer, sous le nom de capitaine Fracasse.
Illustration Gustave Doré
Rencontre entre la troupe et le Duc Vallombreuse, qui est au goût du baron Sigognac (le Capitaine Fracasse sur scène), un peu trop entreprenant avec Isabelle, sa chère et tendre. Le duc envoie ses hommes de main rosser Fracasse
Illustration Gustave Doré
Commence une lutte sans merci entre le baron Sigognac (Fracasse sur scène) et le duc Vallombreuse qui convoitent tous deux Isabelle. Un duel s'impose !
Illustration Gustave Doré
Le duc de Vallombreuse, épris d'Isabelle, suit la troupe de théâtre ambulant jusqu'à Paris. De quoi est-il capable ?
Illustration de Gustave Doré
Isabelle succombera t-elle au duc de Vallombreuse ?
Illustration de Gustave Doré
"Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point"

À propos de la série

L'adaptation à écouter de l'un des plus beaux romans d’aventure du XIXe siècle. Avec Eric Dubay et Isabelle Duby. Réalisation : Evelyne Frémy et Claude Chebel.

Théophile Gautier est né en 1811 à Tarbes, il est l'auteur de recueils poétiques, de contes et de nouvelles fantastiques, de récits de voyages et de douze romans, dont Le Capitaine Fracasse, qui fut publié en 1863. Il s'agit d'un roman de cape et d'épée, à la fois burlesque et flamboyant, plein de fantaisie, riche d'aventures, de coups de théâtre et de rebondissements. Son action se déroule au XVIIe siècle, sous le règne de Louis XIII: le jeune baron de Sigognac se morfond dans le manoir de ses ancêtres lorsqu'un soir une troupe de comédiens lui demande l’hospitalité. Charmé par Isabelle, l’ingénue de la troupe, Sigognac décide de partir avec les comédiens pour chercher meilleure fortune à Paris. Bientôt intégré à la compagnie sous le masque du Capitaine Fracasse, le jeune baron, au fil d’aventures palpitantes, va enfin pouvoir se révéler à lui-même… et protéger sa belle.

Dès sa publication, en 1863, Le Capitaine Fracasse a connu un grand succès de librairie. Il faut dire qu’on l’avait attendu longtemps, car il y eut trente années entre l’annonce de sa publication et sa parution effective. La critique la plus pointue ne s’y était pas trompée non plus. Ainsi Baudelaire, qui avait salué les "beautés étonnantes" du texte, ou Zola, louant ses "grâces étranges". Devant l’engouement du public, Gautier jubile : ''Le Capitaine Fracasse a plus de succès que Les Misérables, et le succès grandit tous les jours… Charpentier dit qu’il en vendra 60 000 sans lever le doigt.'' La référence à Hugo n’est pas un hasard : ce roman de cape et d’épée mêle avec bonheur le sublime au grotesque. Gautier s’inspire aussi bien du Roman comique de Scarron (1651) que de la liberté de ton de Hugo. Œuvre longuement mûrie, Le Capitaine Fracasse est un des plus beaux romans d’aventure du XIXe siècle. C’est aussi une déclaration d’amour de Théophile Gautier à la langue du XVIIe siècle, le style précieux des salons comme l’argot des tavernes.

Un feuilleton en 10 épisodes de 1991

Réalisation : **Evelyne Frémy et Claude Chebel **

Provenant de l'émission

Le Feuilleton, du lundi au vendredi de 20h30 à 21h00 sur France Culture

30 minutes d’espace de création radiophonique, de grandes adaptations d’œuvres du patrimoine classique et contemporain pour mêler tous les métiers et les talents de la radio.