France Culture
France Culture
Leo Castelli, agent du triomphe de l'art américain
Leo Castelli, agent du triomphe de l'art américain
Le marchand d'art et galeriste Leo Castelli, devant un tableau de Roy Lichtenstein (01.01.1987)
L'arrivée d'Eisenhower en 1953 accélère le processus. Un "consortium" est créé, regroupant des philanthropes, le MOMA, la CIA..., doté de plusieurs millions de dollars et chargé de propager l'art américain en Europe.
28 min
Ileana Sonnabend (1914 - 2007) dans sa galerie de Soho, à New York, le 15 décembre 1982. Derrière elle, une peinture d'A.R. Penck. (1939-2017)
Le poète Alain Bosquet dans "Combat", après la remise du Lion d'or de Venise à l'artiste américain Robert Rauschenberg, en 1964 : "C'est une insulte, une atteinte à la dignité de la création artistique, un acte abject et intéressé dont on peut se demander si l’art de l’Occident pourra se relever".
28 min

À propos de la série

Leo Castelli a été le plus grand marchand d'une histoire de l'art américain qui, jusqu'à lui, n'avait pas le moindre rayonnement. Sous sa férule, les Etats-Unis vont supplanter la France, jusqu'à la victoire historique de Rauschenberg à la Biennale de Venise 1964.

Épisode 1 : Leo, dans l'ombre de Pollock... et de la CIA

On aime bien gloser sur le rêve américain du jeune juif immigré, alias Leo Krauss, né à Trieste en 1907, ayant du fuir l'Italie fasciste puis la France vichyste. Le découvreur de l'avant-garde américaine ou l'humaniste qui parlait sept langues... On connait moins le rôle trouble joué par Leo Castelli qui, profitant du duel USA/ URSS, va régner en maître incontesté durant près de 40 ans sur un marché nouveau, celui de l'art.

Épisode 2 : Leo dans l'ombre d'Ileana. La consécration du Pop Art passe par Venise

C'est à Paris, capitale des arts, qu'Ileana vient s'installer après son divorce. Elle ouvre une galerie rue Mazarine en 1962 et montre pour la première fois en Europe les pop artistes que son mari a imposé à New-York : Johns, Warhol, Lichtenstein...

Provenant de l'émission

Une histoire particulière, un récit documentaire en deux parties, le samedi et le dimanche de 13h30 à 14h sur France Culture

Raconter des histoires du réel, et par le singulier toucher l’universel.