France Culture
France Culture
Les travailleurs de l’ombre
Les travailleurs de l’ombre
Les aides à domicile jouent un rôle absolument central auprès des personnes âgées, dans un contexte de vieillissement de la population
La crise Covid a mis en lumière une grande partie des métiers dits "de l'ombre", qui occupent pourtant une place économique, sanitaire ou sociale absolument essentielle. Les aides à domicile, malgré leur manque de reconnaissance politique et sociétale, s'avèrent indispensables pour un public âgé.
58 min
Un métier aux conditions difficiles dont les habitudes et l'histoire ont été largement bouleversées depuis les années 1990.
89% du transport de marchandises se fait, en France, par la route alors que le pays manque, chaque année, de plus de 42 000 chauffeurs. Ce paradoxe réside dans le fait que la profession, dont les conditions de travail restent difficiles, s'est vue retirer grande partie de son authenticité.
58 min
Eboueurs, un métier souvent dévalué malgré son caractère absolument central pour la santé publique. Ici, des ripeurs à Lyon en 2006.
Considéré comme l'archétype du métier disqualifié et disqualifiant, les "travailleurs des déchets" permettent pourtant de protéger la population de risques sanitaires latents et menaçants. Cette profession questionne également notre rapport à l'indésirable, au sale, à l'utile et à l'invisible.
58 min

À propos de la série

Aides à domicile, routiers ou encore éboueurs. Ces trois corps de métiers sont souvent méconnus, voire ignorés, malgré leur rôle structurant dans les sphères économiques, sociales, sanitaires ou intimes. Jetons un coup de projecteur sur ces professions qui, dans l'ombre, illuminent nos quotidiens.

Provenant de l'émission

Entendez-vous l'éco ?, du lundi au vendredi de 14h00 à 15h00 sur France Culture

Notions, pensées, auteurs, débats d’actualité: chaque jour, du lundi au jeudi, Entendez-vous l’éco ? fait résonner toutes les déclinaisons de l’économie et de son impact sur la société. Pour que, dans le brouhaha d’une actualité souvent saturée, l’éco parvienne jusqu’à nous…