France Culture
France Culture
© Getty
© Getty
© Getty
Jeunes filles faisant du shopping.
L’adolescence commence lorsque l’enfant décide seul des vêtements qu’il va porter, sans tenir compte de l’avis de ses parents. Attention, certaines associations peuvent friser l’explosion !
58 min
Gros plan sur des jeans.
Il se vend 88 millions de jeans par an en France pour une population qui au 1er janvier 2022 comptait 67 813 396 habitants. Pire, il se vend 73 jeans par seconde dans le monde. Mais d’où nous vient cette fascination ?
58 min
Vêtements suspendus sur un support dans une chambre noire
Et si nous ne devions posséder qu’un seul vêtement, quel serait-il ?
57 min
Palais Galliera – 2020.
Dans les réserves des musées de mode, les vêtements patientent, en attente du jour où ils seront exposés. Qu’ont-ils donc à raconter ? Quels sont les récits incrustés dans les fibres ? Y a-t-il une place pour les vêtements du quotidien ?
57 min

À propos de la série

Pour LSD, Emmanuelle Polle et Véronique Samouiloff sont allées écouter aux portes des armoires. Car saviez-vous que les vêtements parlent ? Leurs mots résonnent à qui sait les entendre, sans distinction d’âge ni de genre. Bien après notre mort, ils bruisseront encore.

J’ai avec mes vêtements des conversations textiles que ne régit aucune règle linguistique. Chaque matin, j’ajuste mon pouls à celui de ma garde-robe. J’écoute ce qui s’y dit, ce que les robes et les manteaux me conseillent pour la journée qui débute. Ce petit jeu, commencé très jeune, ne s’est jamais interrompu.

Je voulais savoir si d’autres que moi partageaient cet amour du vêtement, cet attachement au-delà du matériel, du palpable, du rationnel. Dans cette série sur Les Vêtements de nos vies, il y a des jeunes et des moins jeunes, du blue-jean et des galoches, des robes de mariées qui finiront au musée et des dressings débordants de vitalité. Il y a aussi quelques fantômes bienveillants qui trainent ici et là et se saisissent de l’occasion pour se manifester.

Une série documentaire d’Emmanuelle Polle, réalisée par Véronique Samouiloff.