France Culture
France Culture
Liabeuf et la police. Un homme en colère
Liabeuf et la police. Un homme en colère
Les gardiens de la paix Célestin Deray (en haut), Lucien Fournès (à droite) et Jean-Jacques Liabeuf (gros plan). Image extraite de "Album of Paris crime scenes" attribué à Alphonse Bertillon (1853–1914)
Les gardiens de la paix Célestin Deray (en haut), Lucien Fournès (à droite) et Jean-Jacques Liabeuf (gros plan). Image extraite de "Album of Paris crime scenes" attribué à Alphonse Bertillon (1853–1914)
Le soir du 8 janvier 1910, Jean-Jacques Liabeuf sillonne les rues du IVe arrondissement de Paris avec la ferme intention de se venger d’une condamnation injuste. Cet ouvrier cordonnier veut "dégringoler un flic".
28 min
Photographie anthropométrique de Jean-Jacques Liabeuf (1886 - 1910), criminel français. Il décida de se venger d'une condamnation injuste en tuant des policiers.
Photographie anthropométrique de Jean-Jacques Liabeuf (1886 - 1910), criminel français. Il décida de se venger d'une condamnation injuste en tuant des policiers.
Le crime de Jean-Jacques Liabeuf indigne tous les demandeurs de sécurité. Cependant, sa notoriété ne s’explique pas par ce seul geste. Une forte mobilisation se forme en faveur du cordonnier. Celui qui lance ce mouvement de soutien est le journaliste Gustave Hervé.
28 min

À propos de la série

Le soir du 8 janvier 1910, Jean-Jacques Liabeuf sillonne les rues du IVe arrondissement de Paris avec la ferme intention de se venger d’une condamnation injuste. Cet ouvrier cordonnier veut "dégringoler un flic".

En cherchant à régler un compte personnel, Jean-Jacques Liabeuf ignorait qu’il déclencherait un virulent débat de société.

Épisode 1 : La nuit de la vengeance

Quelques mois plutôt, le 30 juillet 1909, dans ce même secteur de Paris, Jean-Jacques Liabeuf est arrêté en compagnie de sa bien-aimée par les agents Maugras et Vors. Pour ces brigadiers de la police des mœurs, puisque cette Alexandrine Pigeon est une prostituée, Liabeuf est forcément son souteneur. Par conséquent, il est arrêté et traduit le 14 août devant la huitième chambre correctionnelle de la Seine. Face à la cour, même si Liabeuf se proclame innocent, la peine pour "vagabondage spécial" est ferme : trois mois de prison, cent franc d’amende, cinq ans d’interdiction de séjour.

Épisode 2 : **L’affaire de la rue Aubry-Le-Boucher **

Le crime de Jean-Jacques Liabeuf indigne tous les demandeurs de sécurité. Cependant, sa notoriété ne s’explique pas par ce seul geste. Une forte mobilisation se forme en faveur du cordonnier. Celui qui lance ce mouvement de soutien, c’est le journaliste Gustave Hervé. Socialiste insurrec-tionnel, il prend sa défense. Selon lui, en se faisant justice contre les agents, Liabeuf a donné une belle leçon d’énergie, de persévérance et de courage aux honnêtes ouvriers qui n’osent jamais riposter alors qu’ils sont eux-mêmes victimes de brutalités policières, d’ignobles passages à tabac, de condamnations imméritées, d’erreurs judiciaires grossières.

Un documentaire de Lénora Krief réalisé par Marie Plaçais.

Provenant de l'émission

Une histoire particulière, un récit documentaire en deux parties, le samedi et le dimanche de 13h30 à 14h sur France Culture

Raconter des histoires du réel, et par le singulier toucher l’universel.