France Culture
France Culture
"Ma vie" de Isadora Duncan
"Ma vie" de Isadora Duncan
San Fransico en janvier 1874
San Fransico en janvier 1874
Isadora Duncan n'est pas seulement la danseuse dont l'art, la vie et la mort stupéfièrent le monde
Paris, 1900
Paris, 1900
La famille Duncan s'installe en Europe et à Paris enfin.
Isadora Duncan et ses élèves à berlin, en 1905
Isadora Duncan et ses élèves à berlin, en 1905
Isadora Duncan être venue en Europe "pour amener une renaissance de la religion au moyen de la danse, pour révéler la beauté et la sainteté du corps humain par l'expression de ses mouvements, et non pour distraire après-dîner des bourgeois gavés" : "Danser, c'est prier"
Isadora Duncan et ses 2 enfants (wikipedia)
Isadora Duncan et ses 2 enfants (wikipedia)
La vie privée d'Isadora Duncan, tout comme sa vie professionnelle, fait fi de toutes les mœurs et règles de la moralité traditionnelle.
L'école de danse à paris (1905) de Isadora Duncan
L'école de danse à paris (1905) de Isadora Duncan
Isadora Duncan est l'une des premières à réagir à la contrainte imposée au corps par le tutu ou par les pointes. Elle danse pieds nus, voire totalement nue, et à l'extérieur. Elle est également l'une des premières à s'affranchir de la musique et à trouver sa propre musicalité interne.

À propos de la série

 Pionnière de la danse moderne, Isadora Duncan a bousculé les codes du ballet classique et ouvert la voie à une danse libérée des conventions. Elle a arpenté les scènes du monde entier pieds nus, drapée dans de légères tuniques blanches laissant voir…

Pionnière de la danse moderne, Isadora Duncan a bousculé les codes du ballet classique et ouvert la voie à une danse libérée des conventions. Elle a arpenté les scènes du monde entier pieds nus, drapée dans de légères tuniques blanches laissant voir son corps ondoyer jusqu’à ne faire qu’un avec la musique.
Née en 1877, à San Francisco, elle a été élevée sans père, avec ses deux frères et sa sœur par une mère musicienne et bohème. Elle arrive en Europe au tournant du siècle avec une quête esthétique très forte axée sur la fluidité des mouvements et influencée par la Grèce antique. Elle y fonde une école où elle enseigne l’affranchissement des contraintes imposées au corps par le ballet classique. Dans sa vie privée, Isadora affiche la même liberté. Elle aura trois enfants de pères différents sans se marier. Mais une succession de tragédies viendra les lui enlever. En 1913, sa fille Deirdre et son fils Patrick meurt noyés accidentellement. Un an plus tard, elle perd son troisième enfant quelques heures après sa naissance. Cette série de drames va endeuiller toute sa vie. En 1922, afin de montrer son adhésion à l'expérience sociale et politique de la nouvelle Union soviétique, elle décide de s'installer à Moscou. Sa notoriété internationale apporte une attention plus que bienvenue sur le ferment culturel et artistique du nouveau régime. Elle rencontre et épouse en mai 1922 le poète Sergueï Essenine. Leur relation tumultueuse, qui l'épuise, et la dureté des conditions de vie sous le régime soviétique la pousse à rentrer en France deux ans plus tard. Elle s’installe à Nice où elle meurt en 1927, à l’âge de cinquante ans, étouffée par son écharpe qui s’est prise dans les roues d’une voiture sur la promenade des Anglais.
Elle a laissé des Mémoires inachevés qui seront très vite publiés après sa mort. C’est de ce texte qu’est tiré ce feuilleton sur la vie d’une figure de la danse moderne qui a influencé des générations de danseurs et de chorégraphes après elle.

Un feuilleton en 5 épisodes

Réalisation : Laure Egoroff

Provenant de l'émission

Le Feuilleton, du lundi au vendredi de 20h30 à 21h00 sur France Culture

30 minutes d’espace de création radiophonique, de grandes adaptations d’œuvres du patrimoine classique et contemporain pour mêler tous les métiers et les talents de la radio.