France Culture
France Culture
Niki de Saint Phalle, artiste solaire et engagée
Niki de Saint Phalle, artiste solaire et engagée
Portrait de Niki de Saint Phalle à Paris, en mai 1989.
Portrait de Niki de Saint Phalle à Paris, en mai 1989.
En 1991, Jean Daive rencontrait la plasticienne Niki de Saint Phalle pour une série d’entretiens enregistrés chez elle dans l’Essonne, à l’Auberge du Cheval Blanc. Dans ce premier volet, elle aborde des sujets essentiels de sa vie et de sa création : sa maladie et ses premières séries de tirs.
27 min
Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely dans leur atelier à Paris, en 1967.
Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely dans leur atelier à Paris, en 1967.
Dans ce deuxième entretien de 1991, Niki de Saint Phalle revient sur la naissance et l’évolution de ses Nanas qui l’ont rendue si célèbre, sur ses techniques de création et ses inspirations artistiques. Elle évoque aussi sa collaboration avec Jean Tinguely faite d’opposition et de complémentarité.
26 min
Niki de Saint-Phalle le 16 mars 1983, à proximité de ses sculptures du bassin du quartier Beaubourg.
Niki de Saint-Phalle le 16 mars 1983, à proximité de ses sculptures du bassin du quartier Beaubourg.
Dans le troisième épisode, on entend Niki de Saint Phalle évoquer sa vie à l'époque du Nouveau réalisme au début des années 60 en France où “la folie était dans l’air”. Elle se confie aussi sur son besoin de solitude, ses goûts littéraires et évoque pour finir son enfance newyorkaise.
27 min
Niki de Saint Phalle au milieu de l'Arche de Noé, installation qu'elle a réalisée à Jérusalem.
Niki de Saint Phalle au milieu de l'Arche de Noé, installation qu'elle a réalisée à Jérusalem.
Quatrième temps d’”A voix nue”, où Niki de Saint Phalle poursuit son récit autour de la liberté de création dans les années 60. Elle insiste sur l’aspect féministe de ses œuvres monumentales, qui sont comme un hommage au monde courbe du féminin. Le féminisme a bien été un grand moteur dans sa vie.
28 min

À propos de la série

Cinq entretiens pour découvrir l'artiste libre et autodidacte que fut Niki de Saint Phalle. De ses performances Tirs aux monumentales Nanas, en passant par la Fontaine Stravinsky et le Jardin des Tarots, c'est une femme engagée, poétique, joueuse qui se révèle à nous.

Le 21 mai 2002, Niki de Saint Phalle mourait en Californie à soixante-et-onze ans, vaincue par les problèmes pulmonaires causés par l'inhalation, durant des années, des vapeurs des matières toxiques qu'elle travaillait pour ses créations, notamment pour ses célèbres "Nanas".

Quelques jours après sa mort, France Culture rendait hommage à Niki de Saint Phalle en diffusant durant une semaine une série en cinq épisodes d'À voix nue réalisée à partir des enregistrements d'un long entretien que Jean Daive avait eu avec elle en 1991. Dans cette série on y entend Niki de Saint Phalle évoquer sa vie à l'époque du Nouveau Réalisme au début des années 60 aux côtés entre autres de Jean Tinguely, Yves Klein, Arman ou encore Daniel Spoerri, raconter sa vie quotidienne et son travail dans l'ancienne auberge qu'elle habitait dans l'Essonne, se confier aussi sur sa famille, son enfance et sa jeunesse, entre les États-Unis et la France… Une famille, une enfance, desquelles elle serait sortie folle, avouait-elle, si elle n'avait pas réussi à s'exprimer par son art.

Une série produite par Jean Daive, réalisée par Clotilde Pivin et proposée par Albane Penaranda dans Les Nuits de France Culture.

Provenant de l'émission

Les Nuits de France Culture, toutes les nuits à partir de minuit sur France Culture

Toute l'année, le choix des meilleures archives de France Culture qui composent une mémoire radiophonique.