France Culture
France Culture
Plantu, dessiner pour la liberté
Plantu, dessiner pour la liberté
Plantu
Plantu
Épisode 1/5 : Je dessine donc je suis
Un appartement petit, près de la place de la République qui lui est chère, rempli de sculptures qu’il a fabriquées lui-même : de nombreuses têtes de Mitterrand, de Chirac, et beaucoup de magistrats, les bras remplis de dossiers. Tel est le décor dans lequel me reçoit Jean Plantureux, dit Plantu.
28 min
Plantu
Plantu
Épisode 2/5 : Les mouches et la verrue
« J’aime le dessin. J’aime la vie politique. J’aime le journal Le Monde. » C’est ainsi que Plantu définit ses centres d’intérêt. Plantu nous raconte son rapport à la vie politique ainsi qu’à ceux qui l’animent et qu’il a dessiné pendant tant d’années à la une du journal Le Monde.
28 min
Richelieu, L'inventeur des réseaux sociaux
Richelieu, L'inventeur des réseaux sociaux
Épisode 3/5 : Le fou du roi
Plantu parle de la censure, peut-on tout dessiner ? Lui qui se permet de braver tous les interdits à l’égal des fous du roi, ces insolents qui, à la cour, notamment celle du roi d’Angleterre, si bien montrés dans Shakespeare, se permettent de dire leur quatre vérités aux souverains.
28 min
Plantu et Kofi Annan au colloque 'Désapprendre l’intolérance', le 16 octobre 2006 à New York
Plantu et Kofi Annan au colloque 'Désapprendre l’intolérance', le 16 octobre 2006 à New York
Épisode 4/5 : Cartooning for Peace
La liste des villes et des pays dans lesquels Plantu a été exposé est très longue. De ce fait, Plantu a été conduit à jouer un rôle dans la vie internationale, notamment avec Arafat et Peres au proche Orient, et grâce à Kofi Annan à l’ONU. De là est née l’association « Cartooning for Peace ».
28 min
Régis Debray :« Le dessinateur est un funambule qui essaye de rester debout sur une corde tendue »
Régis Debray :« Le dessinateur est un funambule qui essaye de rester debout sur une corde tendue »
Épisode 5/5 : Dessiner, mission impossible ?
Regis Debray a écrit : « Le dessinateur est un funambule qui essaye de rester debout sur une corde tendue ». Cette phrase inspira un dessin dans lequel on voyait un homme debout sur une corde tenant un crayon et dessiner la corde au fur et à mesure qu’il avance…
28 min

À propos de la série

Plantu est célèbre dans le monde entier pour avoir dessiné pendant 35 ans à la une du journal Le Monde.

Cette série d’émission nous emmènera dans son univers, celui du dessin, qui est sa vocation depuis l’enfance. Calme, assidu, silencieux, Plantu s’exprime très jeune en tenant un crayon. Peu doué pour les études, il fait ses classes à Bruxelles à l’institut Saint-Luc et s’oriente très vite vers le dessin politique. Au journal Phosphore, puis à la télévision dans l’émission de Michel Polac « droit de réponse », il fait preuve d’un talent et d’une capacité à saisir sur le vif la personnalité de ceux qu’il prend pour cible. Il présente naturellement ses dessins au journal Le Monde . C’est là qu’il a décidé d’aller. Il y parvient et s’impose d’abord une fois par semaine, puis tous les jours à partir de 1982. Il y restera jusqu’au 31 mars 2021.

Sa vie dès lors s’identifie au dessin que les lecteurs attendent avec impatience et les hommes politiques avec crainte. Mitterrand et sa verrue, Sarkozy et ses mouches, Chirac et son drapeau français sur la tête, Balladur dans sa chaise à porteur, etc.… pas un seul n’échappe à son œil ironique, rapide, et souvent décapant. Mais dessiner suppose de braver l’opinion et les censeurs. « Dessiner c’est résister », mais jusqu’où peut-on aller dans l’exercice de sa liberté ? Affronter les hommes politiques, c’est la vie courante. Caricaturer les religions peut conduire aux drames que l’on a connus, notamment au Danemark et en France à Charlie Hebdo.

Plantu nous fait part de ses réflexions sur cette mission fondamentale : le dessinateur doit être libre de dessiner ce qu’il veut en n’ayant de compte à rendre qu’à lui-même. » On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui », disait Pierre Desproges, c’est la seule limite.

Cette vie dangereuse qui le conduit à vivre protégé par la police, il l’assume et, dans la vie internationale,  intervient comme interlocuteur momentané de Yasser Arafat ou de Kofi Annan, en militant de la paix au Proche-Orient et dans le monde. Lors d’une réunion à l’ONU « désapprendre l’intolérance » nait l’idée de l’association « Cartooning for Peace « qu’il anime après l’avoir créé et qui réunit 53 pays et 250 dessinateurs qui proclament et défendent la liberté d’expression au service de celle des citoyens.

Aujourd’hui, libéré des contraintes du dessin quotidien, Plantu passe beaucoup de temps dans les écoles et les lycées, dans la transmission de l’exercice de la tolérance. Ayant  joué le rôle du fou du roi pendant longtemps, il reste un funambule et, pour notre bien à tous, se bat pour la liberté, la tolérance et la paix tout en restant, selon la formule de Sénèque qu’il a faite sienne : « Vivre ce n’est pas attendre que l’orage passe. Vivre c’est apprendre à danser sous la pluie ».

Une série d'entretiens proposée par Jérôme Clément. Réalisation : Jean-Philippe Navarre. Attachée de production : Daphné Abgrall. Prise de son : Mai Phuong Tran. Coordination Sandrine Treiner.

Provenant de l'émission

du lundi au vendredi de 20h à 20h30 sur France Culture

Une émission qui recueille les paroles, les réflexions de celles et ceux qui marquent notre temps.