France Culture
France Culture
© Radio France
© Radio France
© Radio France
Drapeaux algériens dans les rues d'Alger quatre jours après la proclamation de l'indépendance, à Alger, Algérie, le 5 juillet 1962.
Drapeaux algériens dans les rues d'Alger quatre jours après la proclamation de l'indépendance, à Alger, Algérie, le 5 juillet 1962.
Le 18 mars 1962, l’issue des négociations entre belligérants français et algériens n’a signifié ni le retour à la paix, ni l’indépendance immédiate de l’Algérie. Il a cependant lancé un processus de transition politique difficile et chaotique.
57 min
Ambiance Dans Les Rues De SAINTE BARBE DU TLELAT Au lendemain de l'Indépendance, Alger, 3 juillet 1962.
Ambiance Dans Les Rues De SAINTE BARBE DU TLELAT Au lendemain de l'Indépendance, Alger, 3 juillet 1962.
En France comme en Algérie, l'été 62 est traversé par trois sentiments : le soulagement général de s’être enfin libéré d’un trop long conflit armé, les craintes d’une guerre civile en Algérie et les incertitudes concernant l’avenir des pieds-noirs et des harkis.
57 min
Une mère et ses enfants rapatriés d'Algérie débarquent du navire "ville d'Oran" dans le port de Marseille le 26 mai 1962.
Une mère et ses enfants rapatriés d'Algérie débarquent du navire "ville d'Oran" dans le port de Marseille le 26 mai 1962.
Tandis que combattants algériens et français s’adaptent difficilement à la vie civile, que pieds-noirs et harkis sont tiraillés entre leurs racines et un nouveau départ en France, une Algérie indépendante mais pas vraiment démocratique voit le jour.
57 min
Un membre algérien du FLN installe des drapeaux algériens le 29 juin 1962 dans la Kasbah d'Alger avant le référendum sur l'autodétermination de l'Algérie.
Un membre algérien du FLN installe des drapeaux algériens le 29 juin 1962 dans la Kasbah d'Alger avant le référendum sur l'autodétermination de l'Algérie.
Soixante ans après la fin du conflit, nombreux sont ceux qui en ont été les acteurs et qui en portent toujours les traces et les séquelles. Après s’être longtemps tus, ils ressentent aujourd’hui le besoin urgent de raconter leur expérience aux jeunes générations.
57 min

À propos de la série

Pour LSD, Rafael Lewandowski donne la parole à celles et ceux qui, des deux côtés de la Méditerranée, ont été il y a tout juste 60 ans les témoins directs de la fin de la guerre en Algérie.

Par le biais de témoignages rares, enregistrés dans le cadre de la série documentaire en 6 épisode produite par L’INA et diffusée sur ARTE en mars dernier EN GUERRE(S) POUR L’ALGÉRIE, et dans le prolongement de LA GUERRE D'INDÉPENDANCE RACONTÉE PAR LES ALGÉRIENS (diffusée sur LSD du 28 févier au 3 mars 2022), des Algériens et des Français nous racontent la fin et les conséquences de la Guerre d’Algérie, de leur point de vue et telles qu’ils et qu'elles les ont vécues.

Femmes et hommes, ils sont plus d’une trentaine en tout. Nous les rencontrons 60 ans après les faits, en France et en Algérie. Ils nous délivrent un témoignage précieux et inédit : celui de leur expérience concrète des derniers jours de la guerre, des premières semaines de l’indépendance algérienne et du retour tant attendu à la paix. Ils nous expliquent également à quel point leur vie d’après le conflit a été et continue d’être marquée par celui-ci.

D’origines très diverses, nos personnages sont, en 1962, adolescents ou adultes. Les longues et douloureuses années du conflit franco-algérien ont été décisives dans la formation de leur personnalité et de leur identité.

Du côté des Algériens, les uns ont été des militants actifs du FLN (Front de libération national) ou du MNA (Mouvement national algérien) ; combattants de l’ALN (Armée de Libération Nationale) ou membres de l’Organisation Spéciale du FLN. Les autres ont éprouvé la guerre en tant que « simples » civils, ou se sont engagés du côté des harkis. Ils ont connu la perte de proches, les privations de liberté, la violence des combats et même la torture… Au printemps de l’année 1962, ils sont en passe de devenir les citoyens d’une nouvelle nation : l’Algérie.

Du côté des Français, les uns sont viscéralement liés à cette terre algérienne qu’ils considéraient comme « la leur » depuis plusieurs générations. Les autres ont été contraints de participer directement ou non, à un conflit auquel ils s’identifiaient peu. En ce début d’été 1962, les uns vivent la fin de la guerre comme une catastrophe, car elle signifie la fin de « leur » monde, tandis que les autres éprouvent un immense soulagement.

Entre déplacements forcés, traumatismes à long terme, constructions de nouvelles vies, espoirs d’un avenir meilleurs, désillusions et conflits internes parfois très violents, la fin du conflit franco-algérien ne se fait pas du jour au lendemain. Pour tous nos témoins, elle s’avère au contraire longue, difficile et pleine de séquelles à long terme.

Souvent à l’écart des grands événements médiatiques ou historiques qui ont marqué la chronologie du printemps et de l’été 1962 ainsi que celle des mois et des années suivantes, nos personnages nous révèlent la complexité de ce qu’a été pour eux l’après-guerre d’Algérie avec une exceptionnelle et émouvante acuité. À leurs propos se mêlent des reportages et des chansons d’époque ; nous nous immergeons ainsi dans cette période bien peu connue du grand public.

Une série de Rafael Lewandowski , réalisée par Rafik Zénine pour LSD, La Série Documentaire, coordonnée par Perrine Kervran.

Une production France Culture, en partenariat avec l'INA et ARTE France.

=> Tous les témoignages dans leur intégralité sont à retrouver sur le site de l'INA.

Provenant de l'émission

LSD, la série documentaire, du lundi au vendredi de 17h00 à 17h55, rediffusion le soir à 23h sur France Culture

Documenter toutes les expériences de la vie, des cultures et des savoirs. Chaque semaine, un grand thème en quatre épisodes, autonomes et complémentaires. En ce moment, LSD, La Série Documentaire est en partenariat avec Tënk, la plateforme du documentaire d’auteur.