France Culture
France Culture
© Radio France
© Radio France
© Radio France
Aron et Sartre le 20 juin 1979
Aron et Sartre le 20 juin 1979
Raymond Aron aurait souhaité être champion de tennis... pourtant, il est devenu sociologue, éditorialiste, et philosophe. Et toute sa vie, il emprunta une voie : celle de la modération. Mais peut-on être immodérément modéré, tout en étant engagé dans son temps ?
58 min
Raymond Aron en 1966
Raymond Aron en 1966
Raymond Aron fut un lecteur tardif de Tocqueville, que lui a-t-il apporté ? Comment sa pensée a-t-elle aidé Aron à définir son libéralisme ? Quel enseignement tirer de leur conception de la liberté ?
58 min
Raymond Aron
Raymond Aron
La pensée de Raymond Aron est-elle avant tout une philosophie de l'histoire ? Comment connaître l'histoire ? Comment et en quoi Aron pense-t-il qu’il peut y avoir un progrès dans celle-ci ? Et quel rôle y joue l'individu ?
58 min
Raymond Aron
Raymond Aron
Pourquoi une telle présence des thèmes de la guerre et de la paix dans la philosophie de Raymond Aron ? Etait-il le penseur d'une paix durable entre les nations ou au contraire celui d’un réalisme froid poussant les Etats à s’affronter sur l’échiquier international ?
58 min

À propos de la série

Le 14 mars 1905, dans une famille de la moyenne bourgeoisie intellectuelle, naît le petit Raymond, celui que certains, des années plus tard, une fois devenu le grand Aron, n'hésiteront pas à ranger dans la catégorie "réac de droite", ou plus  gentiment,  à critiquer pour son manque de laisser-aller.  Difficile pourtant de taxer Aron de constipation tant il a écrit, de l'histoire à la guerre, tant il s'est exprimé, sur le progrès ou la liberté, sans éviter les désaccords avec ses contemporains.  Toutefois, malgré ses presque 40 livres, ses dizaines d'années de journalisme, ses polémiques sur le totalitarisme communiste, mai 68 ou l'Algérie, Raymond Aron garde cette image en creux, en deçà, passive et faussée, désengagée, loin du fracassant Jean-Paul Sartre ou du pondéré Albert Camus.  Mais alors que la radicalité et sa non moins conforme alliée, la nuance, ont envahi le débat public, se trouve peut-être une autre voie, méjugée, celle tracée par Raymond Aron : la modération. Coûte que coûte. Au risque d'être inclassable. Mais après tout, pourquoi pas ? Pourquoi ne pas être immodérément modéré ?

- L’anti Sartre
- Comment Tocqueville a libéré Aron
- Peut-on arrêter le progrès ?
- Faut-il dire adieu aux armes ?

Provenant de l'émission

Les Chemins de la philosophie, du lundi au vendredi de 10h00 à 10h55 sur France Culture

La philosophie est bien plus qu'une discipline. Son but est de transformer la connaissance en art de vivre en considérant comme digne d'intérêt et de réflexion l'existence dans tous ses recoins.