France Culture
France Culture
Rony Brauman : militant de l’humanitaire
Rony Brauman : militant de l’humanitaire
Rony Brauman au début des années 1970
Rony Brauman au début des années 1970
Né dans une famille sioniste, Rony Brauman s’est initié au militantisme à l’extrême gauche, avec ses jambes et ses poings comme premières armes. Entre apprentissage intellectuel et bagarre de rue, il raconte un éveil politique intense et encore rempli de questions.
30 min
Rony Brauman à droite. Visite d'otages tchèques en Angola
Rony Brauman à droite. Visite d'otages tchèques en Angola
De ses premiers contacts avec la médecine Rony Brauman a gardé une fascination pour l’hôpital. Mais c’est en devenant médecin de brousse au Bénin puis en travaillant dans des camps de réfugiés en Thaïlande qu’il comprend sa vocation : celle de soigner dans l’urgence.
31 min
Rony Brauman. Traversée de la frontière pakistano-afghane
Rony Brauman. Traversée de la frontière pakistano-afghane
Au début des années 1980 le travail humanitaire s’organise. Rony Brauman prend la tête de Médecins sans Frontières en 1982. Les premières années sont mouvementées, entre débats internes forts et multiplication impressionnante des terrains d’action.
31 min
Rony Brauman en salle de montage du film documentaire 'Un spécialiste'
Rony Brauman en salle de montage du film documentaire 'Un spécialiste'
Comment agir en tant qu’acteur humanitaire lorsque l’aide est instrumentalisée ? Lorsque l’on prend conscience de la possibilité de faire malgré soi plus de mal que de bien ? Depuis la famine en Ethiopie dans les années 1980, cette question n’a plus quitté Rony Brauman.
30 min
Rony Brauman participant à l'émission 'L'heure de vérité' sur Antenne 2 le 1er mars 1992 à Paris, France.
Rony Brauman participant à l'émission 'L'heure de vérité' sur Antenne 2 le 1er mars 1992 à Paris, France.
Depuis le début des années 1990 se multiplient les guerres menées au nom de l’humanitaire. Rony Brauman n’est pas un pacifiste absolu et a plusieurs fois appelé lui-même à des interventions armées, mais il s’oppose à l’utilisation de l’humanitaire comme prétexte.
31 min

À propos de la série

Président de Médecins sans frontières de 1982 à 1994, Rony Brauman a eu très tôt la vocation de l’humanitaire. D’abord médecin de brousse au Bénin, puis premier médecin permanent de MSF, il part à la fin des années 1970 travailler dans des camps de…

Président de Médecins sans frontières de 1982 à 1994, Rony Brauman a eu très tôt la vocation de l’humanitaire. D’abord médecin de brousse au Bénin, puis premier médecin permanent de MSF, il part à la fin des années 1970 travailler dans des camps de réfugiés en Thaïlande. MSF est alors encore très jeune, très peu organisée, et Rony Brauman va vivre et penser les transformations spectaculaires de l’action humanitaire, qui se structure à mesure que le monde continue de produire des famines, des déplacements de populations et la nécessité d’apporter des soins dans l’urgence.

Mais dans l’action, ce sont aussi des doutes et des dilemmes qui habitent Rony Brauman. Comment réagir quand la réalité de ce à quoi on fait face s’avère finalement plus complexe que ce qui paraît devant nos yeux ? Quand en Ethiopie l’aide est instrumentalisée par un pouvoir autoritaire ? Lorsque l’humanitaire devient un prétexte militaire ? Loin des postures morales de compassion, Rony Brauman ne cesse de s’interroger.

Son parcours semble marqué par des retournements. Né dans une famille sioniste, il s’exprime depuis plusieurs années pour défendre les droits des palestiniens. Militant maoïste à la gauche prolétarienne jusqu’en 1972, il deviendra très antitotalitaire et anticommuniste, jusqu’à fréquenter un temps des penseurs néoconservateurs. En Ethiopie ou au moment du Tsunami, les positions qu’il a défendues avec MSF ont parfois été à rebours de celles des autres acteurs humanitaires. Il y a pourtant bien un fil : la volonté de toujours continuer à apprendre de ses expériences du monde, avec l’élan de ses certitudes et le courage de les mettre en doute. Rony Brauman raconte un itinéraire libre et indépendant, dont les chemins nous font traverser les grandes crises humaines de ces dernières décennies.

Une série d’entretiens proposée par Amélie Perrot. Réalisation : Marie Plaçais. Attachée de production : Daphné Abgrall. Prise de son : Yann Fressy. Coordination : Sandrine Treiner.

Provenant de l'émission

À voix nue, du lundi au vendredi de 20h à 20h30 sur France Culture

Une émission qui recueille les paroles, les réflexions de celles et ceux qui marquent notre temps.