France Culture
France Culture
Une économie des quartiers populaires
Une économie des quartiers populaires
La cité ouvrière d'une ville minière de la région de Lens, dans le Nord, circa 1990, France.
La cité ouvrière d'une ville minière de la région de Lens, dans le Nord, circa 1990, France.
L’histoire des quartiers populaires s’inscrit dans deux siècles d’industrialisation puis de désindustrialisation, d'urbanisation, de politiques de la ville et de migrations... Villes ou banlieues, accueillant ouvriers ou classes populaires, comment ces quartiers se sont-ils constitués ?
58 min
Terrain de basketball au pied d'un immeuble d'une cité de Montfermeil, le 16 juin 1994
Terrain de basketball au pied d'un immeuble d'une cité de Montfermeil, le 16 juin 1994
Depuis quarante ans, la politique de la ville a pour ambition d'infléchir les mécanismes de relégation à l'origine des inégalités territoriales. Dessinant une géographie prioritaire, elle est venue en aide aux quartiers populaires afin d'établir un rééquilibrage économique entre les territoires.
58 min
Graffitis et fresques murales à la Friche de la Belle de Mai, dans le 3e arrondissement de Marseille, mai 2017
Graffitis et fresques murales à la Friche de la Belle de Mai, dans le 3e arrondissement de Marseille, mai 2017
La Belle de Mai, quartier populaire du centre de Marseille, connaît depuis les années 1990s une effervescence culturelle. Suffisamment pour se gentrifier, malgré l'insalubrité des logements du 3e arrondissement et la déprise des services publics ?
58 min

À propos de la série

De Belleville à la Belle de Mai en passant par Quatre chemins, nous nous penchons cette semaine sur l'économie des quartiers populaires...

Provenant de l'émission

Entendez-vous l'éco ?, du lundi au vendredi de 14h00 à 15h00 sur France Culture

Notions, pensées, auteurs, débats d’actualité: chaque jour, du lundi au jeudi, Entendez-vous l’éco ? fait résonner toutes les déclinaisons de l’économie et de son impact sur la société. Pour que, dans le brouhaha d’une actualité souvent saturée, l’éco parvienne jusqu’à nous…