France Culture
France Culture
Violé•es : une histoire de dominations
Violé•es : une histoire de dominations
Carnet de Mathilde Forget
Carnet de Mathilde Forget
"C’est en même temps ce qui me défigure et ce qui me constitue”, écrit Virginie Despentes dans "King-Kong Théorie" pour qualifier son viol. Ici, après, des victimes cherchent à formuler le trauma.
55 min
 Rassemblement contre les violences faites aux femmes à Besançon le 21 novembre 2020
Rassemblement contre les violences faites aux femmes à Besançon le 21 novembre 2020
Des mythes résonnent comme des injonctions au silence pour les minorités : le violeur noir ou arabe, l’homosexuel-pédophile, la lesbienne qui regrette, la conjointe et la prostituée forcément consentantes, la femme handicapée forcément reconnaissante... À elles de dire “moi aussi”.
55 min
Couverture du roman de Annie Ernaux "Mémoire de fille" (éd. Gallimard)
Couverture du roman de Annie Ernaux "Mémoire de fille" (éd. Gallimard)
“Les premières années après le viol, surprise pénible : les livres ne pourront rien pour moi” écrit Virginie Despentes dans "King-Kong Théorie" mais d'autres récits s'écrivent.
55 min
Manifestation contre le viol, organisée par des assiociations féministes, dans les rue de Paris, en France, le 17 septembre 1985
Manifestation contre le viol, organisée par des assiociations féministes, dans les rue de Paris, en France, le 17 septembre 1985
Depuis les années 70, le viol est devenu un sujet féministe, et politique à part entière. La loi reconnaît le viol comme un crime. Pourtant, seulement 1/10e des plaintes aboutit à une condamnation, et la correctionnalisation, la requalification des viols en “agressions sexuelles” est légion.
55 min

À propos de la série

Récit choral qui donne la parole aux victimes, qui se propose de penser et d'analyser les violences sexuelles dans un système et une histoire des dominations.

Il y a plus de deux ans, j’ai rencontré l’écrivaine et musicienne Mathilde Forget. Elle avait été violée peu de temps auparavant, elle voulait raconter, raconter l’après, les silences imposés, la parole empêchée, ce qui l’avait sauvé et ce qui la révoltait. Créer un espace de parole. Et que ce soit un objet radiophonique. Qu’on écoute. À de multiples reprises, j'ai été saisie par les doutes, que pouvions-nous dire de plus.

Comment raconter encore. Les doutes m’ont guidé mais l’évidence s’est imposée : dire encore, oui, rappeler les chiffres, entre 52 000 et 75 000 femmes violées par an, environ 2 500 hommes. Un viol toutes les 7 minutes selon les associations. Dire les réalités sous-évaluées, dire l’ampleur et l’inertie, écouter encore les corps appropriés , les “hors catégorie” , qui n’ont pas droit de cité. Nommer : l’hétéro-sexisme. “Sortir du huis-clos de l’intime”, comme dit Mathilde.

Une série documentaire de Clémence Allezard, réalisée par Séverine Cassar

Provenant de l'émission

LSD, la série documentaire, du lundi au vendredi de 17h00 à 17h55, rediffusion le soir à 23h sur France Culture

Documenter toutes les expériences de la vie, des cultures et des savoirs. Chaque semaine, un grand thème en quatre épisodes, autonomes et complémentaires. En ce moment, LSD, La Série Documentaire est en partenariat avec Tënk, la plateforme du documentaire d’auteur.