Utilisation des réseaux sociaux par les Gilets jaunes
Utilisation des réseaux sociaux par les Gilets jaunes
Utilisation des réseaux sociaux par les Gilets jaunes - Photo Benoit Tréhorel
Utilisation des réseaux sociaux par les Gilets jaunes - Photo Benoit Tréhorel
Utilisation des réseaux sociaux par les Gilets jaunes - Photo Benoit Tréhorel
Publicité
Résumé

Est-ce l'immense base des "gilets jaunes" qui se fait entendre dans les manifestations actuelles, ou la frange la plus active qui fait l’événement ? Quelles sont les conséquences de l'utilisation massive des réseaux sociaux sur la prise de parole des révoltés ?

avec :

Hugo Domenach (Journaliste au Point), Olivier Ertzscheid (Maître de conférences et chercheur en Sciences de l'information et de la communication à l’Université de Nantes, auteur du blog Affordance.info), Simone Rodan-Benzaquen (représentante de l'American Jewish Committee), Tristan Mendès France (Enseignant dans le domaine du numérique et collabore à l’Observatoire du conspirationnisme).

En savoir plus

Il y a deux semaines, avec le photographe Vincent Jarousseau, le journaliste Gérald Andrieu et le cinéaste Virgil Vernier, nous avons essayé de faire un pas de côté hors de l'hystérie médiatique pour éclairer autrement le monde sociétal mais aussi si l'on peut dire existentiel où est né la colère actuelle de ceux que l'on appelle les "gilets jaunes", ce segment de la population qui se situe "en bas à droite" de l'espace social, pour reprendre l'expression du sociologue Benoît Coquard.

Depuis, la situation s'est détériorée, et à l'heure où nous enregistrons cette émission, vendredi 7 décembre, personne ne sait comment va se dérouler la manifestation de ce week-end. Beaucoup craignent le pire, la tension est à son comble.

Publicité

Nous allons aujourd'hui nous pencher sur ce qui fait la spécificité de ce mouvement, sur la manière dont cette colère s’exprime, sur ce phénomène culturel majeur que sont les réseaux sociaux et Internet, et les conséquences dans les faits, sur le terrain, c'est-à-dire la confiscation de la parole des révoltés non pas par des partis politiques, mais par des porte-paroles émanant de groupes le plus souvent d'extrême-droite. Certes ces groupes sont minoritaires dans les faits, mais le sont-ils vraiment sur Internet ? Et quelles sont les nouvelles règles du discours, imposées par la technologie, et par lesquelles s'élabore la parole sur la toile ? Pourquoi ces règles donnent-elles le sentiment de privilégier avant tout la radicalité ? 

Programmation musicale :

"There is a war" Leonard Cohen

"How  you like me now" The Heavy

Références

L'équipe

Marc Weitzmann
Production
Véronique Vila
Réalisation
Nathalie Lempereur
Collaboration