Des femmes afghanes manifestent pour leurs droits en mars 2021
Des femmes afghanes manifestent pour leurs droits en mars 2021 ©AFP - Hoshang Hashimi
Des femmes afghanes manifestent pour leurs droits en mars 2021 ©AFP - Hoshang Hashimi
Des femmes afghanes manifestent pour leurs droits en mars 2021 ©AFP - Hoshang Hashimi
Publicité

"La Femme qui s’est éveillée" de Solène Chalvon-Fioriti paraît aux éditions Flammarion. Porté par une écriture intime, énergique et brutale, et par une esthétique de la tension totalement dénuée de fioriture, ce livre remarquable sur l'Afghanistan et sur celle qui l'a écrit, nous parle d'aujourd'hui

Avec

A la rentrée dernière, lors du retrait américain de Kaboul, Signes des Temps avait notamment invité la journaliste Solène Chalvon-Fioriti pour son documentaire Vivre en pays taliban.

Depuis, le rythme de l’industrie de l’information étant ce qu’il est, la campagne présidentielle et surtout maintenant le conflit en Ukraine ont fait entièrement passer à la trappe, entre autres choses, la situation en Afghanistan qui mobilisait toute l’attention voici quelques mois. C’est ainsi que l’on oublie que nous n’avons qu’un seul monde et que, entre politique américaine, attitude russe et crise générale des réfugiés, toutes les situations sont liées, interagissent les unes sur les autres.

Publicité

Tout ceci pour dire que si Solène Chalvon-Fioriti revient aujourd’hui, c’est avec un livre sur l’Afghanistan qui est aussi bien plus que ça. Pour une part, La Femme qui s’est éveillée, c’est le titre, raconte comment, dans les années 2010, la journaliste indépendante qu’était Chalvon-Fioriti s’est trouvée embarquée dans un réseau clandestin féministe afghan de distribution de pilules abortives ; pour une autre, c’est aussi un livre sur le journalisme de guerre aujourd’hui ; et pour une autre encore, c’est un livre sur la guerre aujourd’hui -guerre physique, dangereuse, et terrorisante, guerre non moins dangereuse, et non moins terrorisante parfois, entre les hommes et les femmes, guerre entre ceux qui croient en l’honneur du clan, et ceux qui croient en l’honneur du choix, guerre entre différentes formes de virilité-. Porté par une écriture intime, énergique et brutale, et par une esthétique de la tension totalement dénuée de fioriture, ce livre remarquable, en d’autres termes, est un signe des temps.

L'invitée du jour

Solène Chalvon-Fioriti, journaliste indépendante, co-réalisatrice du documentaire Vivre en pays taliban et autrice de La Femme qui s’est éveillée : une histoire afghane (Flammarion, 2022)

Enfermement et révolte de femmes

En 2011, dans une université publique à Kaboul, Solène Chalvon-Fioriti rencontre de jeunes étudiantes de la Pill Force, réseau clandestin féministe qui distribue des pilules abortives ; ce mouvement s'inscrit dans la filiation de RAWA -Revolutionary association of the woman of Afghanistan-. Solène Chalvon-Fioriti décrit Layle, meneuse du groupe indiquant “ce qui est insupportable pour elle, c'est d'avoir un récit comme ça, qui est confisqué depuis tellement d'années, et d’en avoir parfaitement conscience.” La journaliste développe "les modèles étrangers qui avaient été plaqués en Afghanistan et qui ont monté cet Etat de toute pièce, ne leur étaient d'aucune utilité. En fait, pour s’émanciper les filles devaient trouver les conditions de leur émancipation au sein de leurs propres ressources".

Générique

Musiques diffusées

  • Emshab Az Bada Kharabam Kon de Ahmad Zahir
  • Trouble de Beth Hart
46 min