La France Insoumise : le diagnostic qui passait pour une prescription

Jean-Luc Mélenchon et Adrien Quatennens, à l'Assemblée nationale en 2019
Jean-Luc Mélenchon et Adrien Quatennens, à l'Assemblée nationale en 2019 ©AFP - Alain Jocard
Jean-Luc Mélenchon et Adrien Quatennens, à l'Assemblée nationale en 2019 ©AFP - Alain Jocard
Jean-Luc Mélenchon et Adrien Quatennens, à l'Assemblée nationale en 2019 ©AFP - Alain Jocard
Publicité

Retour sur la crise qui secoue La France Insoumise, révélatrice de plusieurs dysfonctionnements majeurs au sein du parti.

Avec

La crise autour des questions féministes dans laquelle s’enfonce le principal parti de gauche depuis ce printemps a révélé plusieurs dysfonctionnements graves au sein de La France Insoumise, qui vont de l’opacité et du mensonge assumé sur la gestion des cas de harcèlement à la privatisation confuse des procédures judiciaires et à l’autoritarisme.

On dit de cette crise qu’elle montrerait les limites de la démarche politique entreprise par Jean-Luc Mélenchon aujourd’hui dépassé par des questions qu’il ne maîtrise pas.

Publicité

Une autre explication est cependant possible. Et si à force de vouloir représenter les différents secteurs d’un pays fracturé, plutôt qu'une classe sociale, la France Insoumise s’était piégée elle-même ? Si victime de son succès, en quelque sorte, elle reflétait si bien le pays qu'elle se condamne à en reproduire les symptômes, et à mettre en scène les blocages de la société qu'elle voudrait changer ?

L'invité du jour

Marc Weitzmann reçoit Jérôme Fourquet, politologue et directeur des études à l’Institut français d'opinion  publique -IFOP-. Auteur de L’archipel français : naissance d’une nation multiple et divisée aux éditions du Seuil ainsi que de  l'étude L'Archipel électoral mélenchoniste à la Fondation Jean-Jaurès.

Ce que révèle la crise à La France Insoumise

L'étude de Jérôme Fourquet décrit la grande diversité du recrutement de l'électorat mélenchoniste, qui est aussi le signe d'une fragmentation de son électorat. Le politologue analyse le double référentiel, qu'il nomme France catho laïque, qui s'est disloqué en l'espace de quelques décennies. Jérôme Fourquet indique que le positionnement des candidats La France Insoumise s'explique au regard des territoires d'élection de chacun. Il ajoute : "entre l'électorat populaire de la France périphérique et l'électorat des banlieues ; peut-on in fine parler aux deux ? Sont-ils réconciliables ou est-ce que la société française et ses classes populaires sont tellement fragmentées qu'il est vain de courir après cette chimère ?"
En 2011, la note de Terra Nova engage à un changement complet de logiciel pour la gauche et à une coalition électorale de substitution.

Pour en savoir plus

L'Esprit public
59 min

Générique

Musique

  • Le temps des cerises de Joyce Jonathan
  • Which side are you on ? de Tom Morello
  • Dan Reken de Leyla McCalla
Signes des temps
43 min

L'équipe