"Paradigmes", le dernier album du groupe La Femme - Disque Pointu
"Paradigmes", le dernier album du groupe La Femme - Disque Pointu
"Paradigmes", le dernier album du groupe La Femme - Disque Pointu
Publicité
Résumé

Le 2 avril dernier sortait "Paradigmes", dernier album du groupe français La Femme. Quinze titres entre psychédélisme, rap et électro-punk qui se veulent le reflet d'un monde désorienté.

avec :

Sacha Got (Co-fondateur de La Femme), Marlon Magnée (Co-fondateur du groupe La Femme), Olivier Lamm (Journaliste et critique à Libération).

En savoir plus

Ils ont trente ans et, nous dit Society qui leur consacre un long reportage ce mois-ci, ils sont l’un des rares groupes français à s’être fait une place sur l’échiquier musical mondial. Pour les Inrocks, leur univers est celui des amours post-apocalyptiques, des infidélités conjugales, des ambiances louches, faussement naïves. Eux-mêmes disent osciller entre le velvet underground et Les Inconnus. Yéyés décadents parés de synthétiseurs eighties, nouveaux bardes de la world music, ils sont avec Catastrophe et quelques autres, ceux qui incarnent le mieux le renouveau d’une pop française par temps d’apocalypse. Ils sont La Femme, et leur nouvel album, Paradigmes qui sort en ce moment, est un signe des temps.

Un mélange de références et d'époques

Ils ont un rapport à la référence qui est à la fois très intellectuel, archiviste, renseigné, mais ils vont aussi au-delà de cela : on ne perçoit plus le niveau d'emprunt. On est complètement perdus et ils s'approprient les références tout en nous plongeant la tête dedans. Il y a très peu de musiciens qui font cela actuellement.  - Olivier Lamm

Publicité

Quand on a une référence, on essaie de se l'approprier. Si c'est pour refaire un revival ou une musique qui existe déjà à 100%, c'est moins intéressant pour nous, même si ça nous arrive de le faire aussi bien sûr. On essaie vraiment de transcender la référence et d'aller plus loin en mélangeant les codes nouveaux avec les codes anciens. [...] Dans le morceau Paradigme par exemple, les cuivres sonnent années 30, et pour transcender ce côté revival années 30, on l'a mélangé avec un côté années 70 et un côté actuel avec des voix robotiques qui ont été autotunées pour avoir un effet robot - Marlon Magnée

C'est plus instinctif qu'intellectuel : on écoute des choses connues comme inconnues. On ne fait pas de distinction entre tout cela, la musique qui nous touche et qui nous marque, on l'assimile et on la retranscrit à notre manière. - Sacha Got

Un processus de fabrication sans codes

C'est un peu à l'image du nombre de styles et d'influences : c'est foutraque, on n'a pas vraiment de méthode précise. On enregistre dans plusieurs endroits, parfois chacun de notre côté, parfois en studio. On travaille avec les ordinateurs et la technologie, mais en même temps on utilise beaucoup d'instruments acoustiques. On mélange les techniques d'acoustique et les logiciels digitaux, c'est comme cela qu'on travaille. - Sacha Got

Une volonté d'indépendance

On a cédé les droits d'exploitation à Barclay juste pour la France, dans les autres pays du monde on a un autre contrat avec un autre distributeur. Dix ans plus tard, on récupère nos bandes et on devient propriétaires de tout. - Marlon Magnée

L'avantage de tout faire soi-même, c'est que la musique qu'on sort c'est celle qu'on veut sortir. [...] Dès le début, on a préféré prendre notre temps pour faire notre premier disque et finalement c'est ça le plus important pour nous, c'est de montrer la musique qu'on a envie de montrer, sans filtre, et que ça vienne vraiment de nous. - Sacha Got

Musiques diffusées

La Femme

  • Paradigme
  • Disconnexion
  • Sur la planche
  • Je suce le sang de mon prochain
  • SDD
  • Le vide est ton nouveau prénom
32 min
À réécouter : Le nom secret des choses
58 min
Références

L'équipe

Marc Weitzmann
Marc Weitzmann
Marc Weitzmann
Production
Margaux Boulte
Collaboration
Audrey Dugast
Collaboration
Luc-Jean Reynaud
Réalisation