Participants seen at Take Back The Workplace March and #MeToo Survivors March & Rally on November 12, 2017 in Hollywood, California.
Participants seen at Take Back The Workplace March and #MeToo Survivors March & Rally on November 12, 2017 in Hollywood, California. ©Getty - Chelsea Guglielmino/FilmMagic
Participants seen at Take Back The Workplace March and #MeToo Survivors March & Rally on November 12, 2017 in Hollywood, California. ©Getty - Chelsea Guglielmino/FilmMagic
Participants seen at Take Back The Workplace March and #MeToo Survivors March & Rally on November 12, 2017 in Hollywood, California. ©Getty - Chelsea Guglielmino/FilmMagic
Publicité

Laure Murat, Anne Garréta et Noga Arikha dressent un premier bilan de ce qui semble être une révolution, un an après le début de l'affaire Weinstein.

Avec
  • Noga Arikha Historienne des idées
  • Laure Murat Essayiste et professeur à UCLA (Université de Californie - Los Angeles)
  • Anne Garreta Ecrivaine, membre de l’Oulipo, Anne F. Garréta enseigne la littérature à l’Université de Rennes II et à Duke University.

Si les temps que nous vivons sont uniques et extraordinaires sur bien des plans, s’ils sont terribles  et passionnants, peu de sujets les reflètent mieux dans toute leur complexité et leur ambiguïté que le mouvement #MeToo, à la fois mouvement féministe salvateur et première expérimentation globale de la dénonciation technologique populaire. Le terme est lancé par une militante des droits civiques et une travailleuse sociale, mais a été popularisé et globalisé par Hollywood. Cette remise en cause de l’ordre que l’on dit patriarcal était inimaginable avant l’arrivée de Donald Trump au pouvoir aux USA. 

Où en est-on aujourd’hui, des deux côtés de l’Atlantique ? En Europe, Jean-Claude Arnauld, le directeur du centre culturel suédois et époux d’une membre du jury du Nobel, est accusé d’agressions sexuelles et de harcèlement par 18 femmes et inculpé pour deux viols depuis ce printemps . Aux USA, Christine Ford a comparu ce vendredi devant la commission chargée d’auditionner le candidat de Donald Trump à la cour suprême, Brett Kavanaugh, et a maintenu ses accusations de viol. Aux USA, le nombre d’appels au centre réservé aux victimes d’agressions sexuelles a augmenté de 147 pour cent depuis les auditions. En même temps, Brett Kavanaugh, s’il est confirmé, reviendra certainement sur le droit à l’avortement. 

Publicité

Programmation sonore

Martha Wainwright,  "Bloody Mother Fucking Asshole"

Hubert Félix Thiéfaine,  "Ta vamp orchidoclaste"

L'équipe

Marc Weitzmann
Marc Weitzmann
Marc Weitzmann
Production
Véronique Vila
Réalisation
Nathalie Lempereur
Collaboration