Portrait d'Eric Zemmour, 1995. ©Getty - Eric Fougere - Corbis
Portrait d'Eric Zemmour, 1995. ©Getty - Eric Fougere - Corbis
Portrait d'Eric Zemmour, 1995. ©Getty - Eric Fougere - Corbis
Publicité
Résumé

Une émission consacrée au parcours d'Eric Zemmour, à sa vision de l'histoire et à ses références culturelles quelques heures avant le début de son premier meeting à Villepinte. La présence de ce candidat dans la course à l'élection présidentielle est incontestablement un signe des temps.

avec :

Gaston Crémieux (Essayiste.), Etienne Girard (Journaliste politique à l'hebdomadaire Marianne), Benjamin Haddad (directeur Europe à l’Atlantic Council (Washington)).

En savoir plus

On s’est refusé à parler de lui dans cette émission sinon pour se faire l’écho des historiens et écrivains rectifiant ses propos parce qu’il était hors de question de relayer la campagne de promotion fascinée de la presse pour son livre. Maintenant que le voilà officiellement candidat cependant, et alors que s’ouvre son meeting de lancement de campagne à Villepinte, il faut s’intéresser un peu directement à celui qui est si obsédé par le déclin de la France qu’on ne sait plus trop s’il le déplore, ou s’il le désire, à moins qu’il n’en soit l’un des plus criants symptômes. La présence d’un personnage si bizarre dans la course à la présidentielle, en tous cas, est incontestablement un signe des temps.

Incohérence idéologique et références culturelles  

Etienne Girard revient sur les écrits d’Eric Zemmour et son obsession du triomphe, il ajoute “et son obsession de la défaite en miroir inversé. C’est pour cette idée du triomphe qu’il aime tellement Napoléon.”.  

Publicité

Les invités proposent une analyse de la fascination d’Eric Zemmour pour Les illusions perdues de Balzac et le personnage de Rubempré. Gaston Crémieux énonce qu’on vit un moment balzacien en France, l’univers le plus noir de Balzac décrit une société en profonde décadence ; pour Gaston Crémieux cela “recroise l’univers mental de la défaite et de la décadence d’Eric Zemmour”.  

Benjamin Haddad souligne les contradictions du candidat à l’élection présidentielle : “dans ce roman de Balzac il s’agit effectivement d’une dénonciation du cynisme des élites parisiennes du XIXe siècle, y compris du cynisme des personnages principaux !, c’est un modèle révélateur pour Eric Zemmour”.  

Musiques diffusées

L'odeur de l'essence de Oreslan

You can't always get what you want des Rolling Stones

Pour aller plus loin

“Éric Zemmour, glaive et bouclier de l’extrême droite”, par Gaston Crémieux, Le Droit de Vivre, 15 octobre 2021.

"Lire Eric Zemmour, c'est découvrir une obsession pour le déclin qui confine à la haine de soi" par Benjamin Haddad, Le Monde, 2 décembre 2021.

"Les illusions confuses d'Éric Zemmour", par Baptiste Roger-Lacan, Le Grand Continent, 1 octobre 2021.

44 min
43 min
Références

L'équipe

Marc Weitzmann
Marc Weitzmann
Marc Weitzmann
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Aurélie Marsset
Collaboration