Entrainement militaire de l'armée ukrainienne à Rivne, au nord de l'Ukraine, 16 février 2022. ©AFP - Aris Messinis
Entrainement militaire de l'armée ukrainienne à Rivne, au nord de l'Ukraine, 16 février 2022. ©AFP - Aris Messinis
Entrainement militaire de l'armée ukrainienne à Rivne, au nord de l'Ukraine, 16 février 2022. ©AFP - Aris Messinis
Publicité
Résumé

Alors que paraît l'essai "Retour de la guerre" de François Heisbourg aux éditions Odile Jacob, Signes des temps revient sur les menaces et risques d'affrontements dans un monde multipolaire.

avec :

François Heisbourg (Conseiller spécial à l’ISS (International Institute for Strategic Studies), conseiller spécial du président de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS)), Tara Varma (Directrice du bureau de Paris du think tank European Council on Foreign Relations (ECFR)).

En savoir plus

Tandis que les Jeux Olympiques se poursuivent en Chine ou la répression des Ouighours bat son plein, tandis que les conséquences économiques et sociales de la pandémie au niveau planétaire restent encore peu évaluées, deux évènements cette fin de semaine sont venus ajouter au sentiment général d’incertitude quant à l’avenir proche.

Le premier d’ordre géopolitique est évidemment la montée des violences à l’Est de l’Ukraine qui rend plus que plausible une guerre aux portes de l’Europe dont les conséquences seront imprévisibles.

Publicité

Le second est français, il s’agit du sondage Ifop Fiducial pour Paris-Match-LCI et Sud radio montrant pour la première fois que, en raison de la faiblesse de la droite traditionnelle d’une part et de la disparition totale de la gauche de l’autre, si la perspective de voir élire un candidat d’extrême-droite en France reste très improbable elle a cessé d’être impossible. Si un tel accident devait se produire, l’arrivée à l’Elysée d’un président ouvertement pro-russe aurait pour effet de paralyser totalement l’Union Européenne, voire de la détruire, ce qui aurait pour effet immédiat de renforcer les ambitions de Moscou.

Ces deux perspectives, l’une probable, l’autre beaucoup moins, montrent en tous cas que l’on est passé en quelques années dans un monde où la possibilité de dire ce qui va se passer s’amenuise alors que les risques de guerre augmentent, en Europe mais aussi au-delà. Un livre, Retour de la guerre, du géopoliticien François Heisbourg, aide à se faire une idée de la montée de ces périls.

Les invités du jour

Marc Weitzmann reçoit

  • François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique
  • Tara Varma, politologue, directrice du bureau de Paris de l’ECFR, European Council on Foreign Relations

Le retour de la guerre interroge le modèle politique européen

François Heisbourg évoque un changement de paradigme et précise que s'ouvre "une période d'hostilité prolongée dure entre une Russie révisionniste et un Occident qui cherche à défendre son statu quo". Il indique que les pays tels la Turquie, l'Iran et Israël "ont su intégrer les moyens technologiques modernes et faire leur des possibilités que donne la démocratisation des technologies de l'information au service de la guerre".  Tara Varma précise l'origine du projet politique européen et la logique de paix. Elle ajoute que c'est cette interdépendance des états européens qui les rend également extrêmement vulnérables "ainsi que le fait que les rivaux géopolitiques utilisent cette interdépendance à nos dépens".

Pour en savoir plus

Références

L'équipe

Marc Weitzmann
Marc Weitzmann
Marc Weitzmann
Production
Aurélie Marsset
Collaboration
Vivian Lecuivre
Réalisation