Signes des temps avec Dany Laferrière

Dany Laferrière (en 2009)
Dany Laferrière (en 2009) ©Maxppp - © Remi OCHLIK / IP3 PRESS
Dany Laferrière (en 2009) ©Maxppp - © Remi OCHLIK / IP3 PRESS
Dany Laferrière (en 2009) ©Maxppp - © Remi OCHLIK / IP3 PRESS
Publicité

Rencontre avec Dany Laferrière autour des thèmes de l'exil, la mémoire, l'identité...

Avec

Il y a des chambres lumineuses où j’ai tâché les draps blancs en mangeant des oranges. Des baignoires roses. Des gares, la nuit. Des rues obscures dans des villes inconnues. Des langues que j’ignore encore entendues dans des cafés bondés le matin. Des années d’usine. Des appartements crasseux dans des quartiers minables. Des moments d’intense solitude. Tant de visages. Le dictateur pensait me punir, ce fut une récréation. Pas chaque jour, sinon ce ne serait pas un voyage. Si j’ai fait ce livre, c’est parce que j’en avais marre qu’on associe uniquement l’exil à une douleur.

C’est par ces lignes que s’achève L’exil vaut le voyage (Grasset, 2020), le très beau livre de Dany Lafferière, aussi original dans sa forme qu’intéressant sur le fond. Né en Haïti en 1953, devenu célèbre au milieu des années 80 avec son premier roman Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer (Zulma, ré-édition, 2020), Dany Laferrière a fait de l’exil une part de son identité. Il a vécu entre autres à Miami, New York, Montréal, et il est aussi un académicien atypique puisqu’il est le seul dans l’histoire de l’Académie Française avec Julien Green à ne pas avoir la nationalité française.

Publicité

La plupart des gens veulent savoir ce que l’écrivain cache, je me contente de ce qu’il cherche à me faire voir.

Dans ce siècle global et fracturé qui est le nôtre où le cosmopolitisme n’est plus de mise et où le racisme le dispute à la folie identitaire et à l’idéologie, on va tâcher de faire une pause et de regarder durant nos trois petits quarts d’heure ce que Dany Laferrière essaie de nous faire voir.

Extraits musicaux

" Haïti " par Caetano Veloso et Gilberto Gil - Album : " Tropicalia 2 " (1982).

" I walk on guilded splinters " par Dr John - Album : " Gris-gris " (1968).

" Os Argonautas " par Caetano Veloso - Album : " Caetano Veloso " (1969).

Pour aller plus loin

Page wikipédia de Dany Laferrière.

Article de Dany Laferrière " Le racisme est un virus " (Nouvel Obs, 10/06/2020).

Article sur Dany Laferrière " D’une punition, j’ai fait une récréation " (La Presse, Chantal Guy, 12/06/2020).

L'Invité culture
25 min

Chronique de Daniel Schneidermann " Bref, j'ai révisé Nina Simone " à propos de l'émission " Arrêts sur image " avec Arwa Barkallah, Maboula Soumahoro et Romain Huret du 5 juin 2020,  évoqué vers la fin de l'émission (à 40').

L'équipe