Illustration de couple
Illustration de couple
Illustration de couple ©AFP - FANATIC STUDIO / SCIENCE PHOTO L / FST / SCIENCE PHOTO LIBRARY
Illustration de couple ©AFP - FANATIC STUDIO / SCIENCE PHOTO L / FST / SCIENCE PHOTO LIBRARY
Illustration de couple ©AFP - FANATIC STUDIO / SCIENCE PHOTO L / FST / SCIENCE PHOTO LIBRARY
Publicité
Résumé

Frédéric Martel reçoit Esther Perel, psychothérapeute, Emmanuel Paquette, journaliste à L'Express et Emmanuelle Julien, journaliste pour parler de l'impact du numérique sur l'amour et le sexe.

avec :

Esther Perel (psychothérapeute), Emmanuelle Julien (journaliste), Emmanuel Paquette (Journaliste à Capital, spécialisé nouvelles technologies et médias).

En savoir plus

Entre la révolution des pratiques amoureuses (applications de rencontre..) et le besoin de régulation (Revenge Porn, arnaques sentimentales..), jamais les relations amoureuses et sexuelles n'ont été autant impactées par les innovations technologiques avec Internet. 

Par exemple, les sites de rencontres sont de plus en plus territorialisés. Les leaders du secteur, comme Match.com ou PlentyOfFish (POF) sont nord-américains, mais ils déclinent leurs services en s’adaptant aux langues et aux codes amoureux locaux. Les sites d’« online dating » comme Jiayuan en Chine, OkCupid en Russie, Meetic en Europe ou Badoo pour les communautés latinos, n’arrivent guère à se développer hors de certaines régions en raison des spécificités sentimentales locales. Au Japon, de telles applications sont souvent reliées à Facebook : MatchAlarm, Omiai ou Pairs vous recommandent, par exemple, chaque matin à 8 heures une personne, qui « matche » votre personnalité, à partir de votre réseau d’amis sur Facebook ou au-delà de ce cercle. Les critères décisifs restent votre ville de naissance et celle où vous résidez. 

Publicité

Dans le monde arabe, le site Al Asira s’est spécialisé dans les rencontres « halal » et prétend se conformer à la charia (même s’il est hébergé – on ne sait jamais –, à Amsterdam). Là encore, les rencontres y sont classées par pays. Ailleurs, le critère sera la religion, la race ou l’orientation sexuelle, mais ces niches s’inscrivent systématiquement dans une dimension territoriale. Ainsi JDate s’intéresse essentiellement aux rencontres entre

Juifs alors que Gaydar, Gay Romeo ou Manjam sont dédiés aux homosexuels. Dans ces cas-là, on entre sur le site par une approche communautaire mais, immédiatement après, on choisit son pays ou sa ville, pour se positionner sur un territoire précis. L’application américaine

Grindr, au succès mondial, est quant à elle hypergéolocalisée : elle permet de rencontrer des gays situés seulement à quelques centaines de mètres de l’endroit où l’on se trouve. L’ancrage local par excellence.

Il est amusant de noter ici que les Chinois viennent de lancer un clone de Grindr, baptisé Blued avec 15 millions d’utilisateurs.

Références

L'équipe

Zoé Sfez
Production
Thomas Beau
Réalisation
David Lavaud
Collaboration
Anne-Laure Chanel
Réalisation