Bastia, 13 mars 2022. Les jeunes générations sont très mobilisées dans les manifestations qui suivent l'agression d'Yvan Colonna en prison.
Bastia, 13 mars 2022. Les jeunes générations sont très mobilisées dans les manifestations qui suivent l'agression d'Yvan Colonna en prison.
Bastia, 13 mars 2022. Les jeunes générations sont très mobilisées dans les manifestations qui suivent l'agression d'Yvan Colonna en prison. ©Maxppp - Christian Buffa
Bastia, 13 mars 2022. Les jeunes générations sont très mobilisées dans les manifestations qui suivent l'agression d'Yvan Colonna en prison. ©Maxppp - Christian Buffa
Bastia, 13 mars 2022. Les jeunes générations sont très mobilisées dans les manifestations qui suivent l'agression d'Yvan Colonna en prison. ©Maxppp - Christian Buffa
Publicité
Résumé

L'agression en prison puis la mort d'Yvan Colonna ont déclenché des manifestations massives en Corse. Quels sont les ressorts de cette colère ? La promesse d'une autonomie de l'île formulée par le ministre de l'Intérieur répond-elle aux attentes de la population ?

avec :

Jean-Louis Fabiani (sociologue, professeur à Central European University à Vienne en Autriche).

En savoir plus

"Un homme est mort", et malgré les mots du président Emmanuel Macron, la Corse vit sur des braises… 

Le tabassage d’Yvan Colonna par un détenu radicalisé dans la prison d’Arles il y a près d’un mois a ravivé des colères que beaucoup, depuis Paris, faisaient mine d’oublier. Manifestations, jets de cocktails Molotov, une centaine de blessés dont une majorité chez les forces de l’ordre… 

Publicité

Le ministre de l’Intérieur est cette fois dépêché. Il tend la main et se dit "prêt à aller jusqu’à l’autonomie", promet des négociations, même longues et difficiles. 

Mais ce lundi, l’annonce de la mort de l’ancien berger de Cargèse scelle le deuil d’une île. La dépouille de celui qui a été condamné à la perpétuité pour l'assassinat du préfet Claude Erignac en 1998 est accueillie par une haie d'honneur à son arrivée à Ajaccio, les drapeaux de la collectivité de Corse sont mis en berne, son président nationaliste Gilles Simeoni, ancien d’avocat d’Yvan Colonna, porte même le cercueil sur quelques mètres. "Une faute", selon le chef de l’Etat, une "insulte à l’état français et à la famille Erignac" selon Gérald Darmanin. 

Ainsi le dossier corse vient percuter l’exécutif et Yvan Colonna devient le symbole d’une île dans l’impasse face à Paris… 

Au-delà de l’enjeu indépendantiste, comment lire ces révoltes massives ? Les promesses de l’exécutif d’engager un dialogue sur une évolution statutaire de l’île d’ici à la fin de l’année peuvent elle suffire à calmer les ressentiments d’une jeunesse dont l’horizon semble muré ? 

A lire :

Mobilisations en Corse : avancée ou régression ? Article de Jean-Louis Fabiani sur le site AOC

Agression d'Yvan Colonna : cette jeunesse corse qui s'embrase contre "l'Etat français", article de l'Express

Yvan Colonna, des rêves d’indépendance corse à l’assassinat du préfet Erignac, article d'Ariane Chemin publié dans le Monde

Mort d’Yvan Colonna: «En Corse, on respecte les morts, c’est pour ça qu’il n’y a pas de débordement», reportage de Libération

En savoir plus : "Corse"

À lire : Quand Rousseau rêvait l'autonomie politique de la Corse

Références

L'équipe

Nora Hamadi
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
June Loper
Réalisation