Le 2 septembre 2021 la police a évacué des jardins ouvriers d'Aubervilliers les militants qui s'opposaient à la destruction de plusieurs parcelles.
Le 2 septembre 2021 la police a évacué des jardins ouvriers d'Aubervilliers les militants qui s'opposaient à la destruction de plusieurs parcelles. ©Maxppp - Olivier Donnars
Le 2 septembre 2021 la police a évacué des jardins ouvriers d'Aubervilliers les militants qui s'opposaient à la destruction de plusieurs parcelles. ©Maxppp - Olivier Donnars
Le 2 septembre 2021 la police a évacué des jardins ouvriers d'Aubervilliers les militants qui s'opposaient à la destruction de plusieurs parcelles. ©Maxppp - Olivier Donnars
Publicité

Une partie des jardins ouvriers des Vertus à Aubervilliers doit être sacrifiée à des projets d'aménagement urbain en vue des JO de 2024. Comment l'expliquer, alors que les pouvoirs publics disent par ailleurs lutter contre la bétonisation et l'artificialisation des sols ?

Avec
  • Ivan Fouquet architecte, membre du collectif "Sauvons les jardins ouvriers d'Aubervilliers"

Rendre la ville plus humaine, plus belle, en sanctuarisant les espaces naturels… 

La promesse d’Emmanuel Macron devant les membres de la convention citoyenne, en juin 2020 peut-elle être tenue quand l’étalement urbain et le besoin d’infrastructures galopent ?

Publicité

Depuis plusieurs mois, à Aubervilliers, ville populaire au nord de Paris, une bataille symbolise cette difficulté à articuler besoin de nature, et nécessité d’aménagement de la ville.

Nés il y a 100 ans, les jardins ouvriers qui jouxtent la Cité des Courtilières sont en partie menacés par un programme immobilier, par la construction de la ligne 15 du Grand Paris express et par une piscine d’entrainement des Jeux Olympiques de 2024. 

Mais à l’image de Notre Dame des Landes, ou du Triangle de Gonesse, ces parcelles sont devenues une "JAD" (pour "jardin à défendre). 

Alors faut-il sauver les jardins ouvriers d’Aubervilliers ? Quelle place pour la nature en ville à l’heure ou la crise sanitaire a démontré l’urgence de repenser nos espaces de vie, notamment dans les métropoles ?

Pour aller plus loin : 

Les jardins familiaux, reliquats d’un passé parfois menacé, interview publiée dans La Croix

«Un jardin ne se remplace pas» : à Aubervilliers, les «jadistes» hébétés, article publié dans Libération

«On nous parle d'écologie, et on sacrifie l'espace vert au béton»: les potagers d'Aubervilliers menacés par un grand complexe aquatique, article publié dans Le Figaro 

« C’est du gâchis » : les défenseurs des jardins d’Aubervilliers ont été expulsés, article de Reporterre  

5 min