Manifestation contre la fermeture de la maternité de l'hôpital de Nevers, le 15/04/2022
Manifestation contre la fermeture de la maternité de l'hôpital de Nevers, le 15/04/2022
Manifestation contre la fermeture de la maternité de l'hôpital de Nevers, le 15/04/2022 ©Maxppp - Pierre Destrade
Manifestation contre la fermeture de la maternité de l'hôpital de Nevers, le 15/04/2022 ©Maxppp - Pierre Destrade
Manifestation contre la fermeture de la maternité de l'hôpital de Nevers, le 15/04/2022 ©Maxppp - Pierre Destrade
Publicité
Résumé

De nombreuses maternités sont menacées de fermeture, faute de sages-femmes en nombre suffisants. Cette profession manque-t-elle d'attractivité ? Quel regard portons-nous aujourd'hui sur la naissance en milieu médicalisé ?

avec :

Anne Chantry (Sage-femme et épidémiologiste, chercheuse associée en épidémiologie périnatale au sein de l'équipe Epopé (Epidémiologie Périnatale, obstétricale et pédiatrique) à l’Inserm).

En savoir plus

Ne pas mettre en danger leur patiente, exiger la sécurité pour les enfants à naître, crier leur ras-le-bol d’une situation qui empire encore et toujours… Les 14 sages-femmes de la maternité de Nevers, dans la Nièvre, ont fini par se mettre en arrêt maladie. Conséquence : La maternité, la dernière du département avec ses 1 200 naissances par an, a été fermée une semaine…

Malgré les ouvertures de postes, et leur financement, les emplois restent vacants et la pénurie de sages-femmes s’aggrave, au point que certains établissements, à l’instar de la Seine-Saint-Denis, ferment purement et simplement les inscriptions... Celles qui restent, dès lors, sont au bord du burn out, et doivent gérer la multiplications des situations d’urgence.

Publicité

En France, un tiers des maternité ont fermé en 20 ans. Et en zone rurale, les trajets pour accoucher s’allongent au point d’inquiéter les mères, et les soignants. Faudra-t-il il dès lors multiplier les déclenchements pour éviter les urgences ? Face à cet éloignement, un récent décret propose aux futures mamans d’être hébergées a proximité d’un établissement quelques jours avant leur terme.

Comment expliquer cette crise profonde dans les maternités ? Faut il y voir un symptôme de la dégradation brutale des conditions de travail, de leur statut, de leur rémunération , et une quête de sens pour ces soignantes si proches des mères ? Et à l’heure où les femmes, parturientes demandent à se réapproprier leur corps, leur grossesse, leur maternité… Doit-on alors imaginer accoucher autrement en France dans les années à venir ? 

A lire pour aller plus loin :

Une sage-femme sur trois manque à l’appel dans les maternités de Seine-Saint-Denis, article publié dans Le Parisien

À Nevers, la dernière maternité de la Nièvre manque cruellement de sages-femmes, article publié dans Le Figaro

Manque de considération, maltraitance et burn-out : la grande fatigue des sages-femmes, article publié dans Le Monde

Maisons de naissance: le travail a commencé, article publié dans Libération

Consulter le rapport d'études sur la qualité des soins prodigués en maisons de naissance en France (2019, CNRS - Inserm)

En savoir plus : Quand les sages-femmes manquent, les maternités ferment

Références

L'équipe

Nora Hamadi
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
June Loper
Réalisation