Sur le plateau de tournage de Plus Belle La Vie le 27 septembre 2022
Sur le plateau de tournage de Plus Belle La Vie le 27 septembre 2022 ©Maxppp - Franz Chavaroche
Sur le plateau de tournage de Plus Belle La Vie le 27 septembre 2022 ©Maxppp - Franz Chavaroche
Sur le plateau de tournage de Plus Belle La Vie le 27 septembre 2022 ©Maxppp - Franz Chavaroche
Publicité

La série de France 3 s'arrête après avoir traité pendant 18 ans des thèmes de société les plus divers : liens familiaux, homosexualité, mais aussi terrorisme ou faits-divers... Quels récits sur Marseille et la France se sont incarnés dans cette série ? L'image de la ville en a-t-elle été changée ?

Avec
  • Muriel Mille sociologue, maîtresse de conférences à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Après 18 ans d’existence, la série aux 4665 épisodes, 400 comédiens, et 10 000 mètres carrés de studio au cœur du quartier de la Belle de mai à Marseille tire sa révérence.

Adieu, donc, aux habitants du Mistral : Mirta, Roland, Patrick, Babeth, Luna… qui réunissaient chaque soir plus de 5 millions de fidèles au plus haut de sa notoriété, sur France 3, et qui a mis en débat des enjeux sociétaux d’actualité incarnés par des personnages de classes moyennes et populaires… un évènement à la télévision…

Publicité

Mais au-delà de renouveler la grammaire des séries françaises au début des années 2000, « Plus belle la Vie » aura bouleversé l’écosystème marseillais, avec plus de 1200 emplois directs et indirects créés, mais aussi profondément participé à renouveler l’image de la ville. Marseille, choisie comme cadre de tournage pour sa lumière, sa chaleur, et sa mixité, aura bénéficié d’un spot de publicité tous les soirs à 20h20… De la Bonne mère au Panier, du Vélodrome au Vieux port, ce rendez-vous populaire et intergénérationnel a dépoussiéré les représentations souvent caricaturales de la cité…

Comment ce feuilleton a-t-il pu dynamiter les codes au point de raconter l’époque ? Qui sont ses afficionados ? Et comment celui-ci a-t-il accompagné la transformation de la fameuse « cité phocéenne » ? En somme, un soap opéra version aïoli peut-il à ce point bouleverser nos imaginaires ?

A lire pour aller plus loin :

La série de cinq articles du quotidien Le Parisien sur Plus belle la vie.

Delphine Chedaleux, historienne des médias : « Les soap operas ont été investis très tôt d’une dimension sociale », article publié dans Le Monde

A Marseille, l’arrêt de Plus belle la vie, un choc pour l’économie locale, article publié dans Le Monde

Les réceptions du feuilleton Plus belle la vie, de l'attention à l'attachement ? Article de Muriel Mille, avec Florence Eloy et Sébastien François

Écrire pour tout le monde, les scénaristes de Plus belle la vie face à leur public, article de Muriel Mille

Les références de "Plus belle la série" (Casterman, 2017) la BD sur la série Plus belle la vie réalisée d'après un scénario de Muriel Mille