L'instauration des Zones à faibles émissions doit permettre de limiter la pollution due à la circulation automobile dans les métropoles ©AFP - Philippe Lopez
L'instauration des Zones à faibles émissions doit permettre de limiter la pollution due à la circulation automobile dans les métropoles ©AFP - Philippe Lopez
L'instauration des Zones à faibles émissions doit permettre de limiter la pollution due à la circulation automobile dans les métropoles ©AFP - Philippe Lopez
Publicité
Résumé

L'instauration des Zones à Faibles Emissions dans les métropole doit permettre de limiter la pollution atmosphérique due à la circulation automobile. Mais quel impact pour les plus modestes ? Comment penser des mobilités plus écologiques dans la ville de demain ?

avec :

Amandine Richaud-Crambes (urbaniste, directrice de La Fabrique des Mobilités).

En savoir plus

Sauver des milliers de vies… L’objectif affiché par la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili est clair : La lutte contre la circulation automobile est le moyen de lutter contre la pollution atmosphérique, responsable de plus de 48 000 décès prématurés chaque année.

Paris et sa métropole, Grenoble, Strasbourg ou Lyon… Ces ZFE, acronyme de Zones à faibles émissions, concerneront toutes les villes de 150 000 habitants à l’horizon 2025. En Europe, on en compte aujourd’hui plusieurs centaines. 

Publicité

Conséquence : des millions de véhicules seront peu à peu bannis des agglomérations dans un avenir proche. Avec un risque : exclure les plus pauvres, incapable d’investir dans un équipement récent, de l’accès aux villes centres. 

En France, la voiture reste le mode de déplacement privilégié et pourtant 60% de nos concitoyens ignorent totalement l’existence de ces ZFE.

Alors ? Comment accompagner les citadins vers de nouvelles mobilités ? Comment articuler cette lutte contre la pollution, en assurant un droit à la mobilité pour tous ? 

Références

L'équipe

Nora Hamadi
Production
Antoine Dhulster
Collaboration
June Loper
Réalisation