Gérard Lhéritier en 2014, fondateur de la société Aristophil
Gérard Lhéritier en 2014, fondateur de la société Aristophil
Gérard Lhéritier en 2014, fondateur de la société Aristophil ©AFP - MARTIN BUREAU
Gérard Lhéritier en 2014, fondateur de la société Aristophil ©AFP - MARTIN BUREAU
Gérard Lhéritier en 2014, fondateur de la société Aristophil ©AFP - MARTIN BUREAU
Publicité
Résumé

Retour sur une catastrophe lettrée, le plus grand scandale de l'histoire des manuscrits anciens causé par la société Aristophil, soupçonnée d’escroquerie...

En savoir plus

Aujourd’hui nous évoquons une catastrophe à la française, lettrée, un fond spéculatif autour de vieux papiers qui s’est transformé en arnaque à la Madoff : Aristophil, une société spécialisée dans les lettres et les manuscrits, les livres anciens et modernes, cherchait, achetait, expertisait et vendait des documents, avant d’être mise en liquidation judiciaire en 2015, soupçonnée d’escroquerie, son propriétaire Gérard Lhéritier étant à l’origine d’un des plus gros scandales de l’épargne en France recensant 18 000 victimes ayant investi environ 850 millions d’euros dans ces manuscrits dont la valeur aurait été surestimée par Aristophil…

L’épilogue de ce scandale se conclura sur des ventes aux enchères des 130 000 documents saisis par la justice dont la première aura lieu à Drouot le 20 décembre.  

Publicité

Retour sur cette affaire avec notre invité Henri Vignes, libraire de livres anciens à Paris dans le 5ème arrondissement et président du SLAM, le Syndicat National de la Librairie Ancienne et Moderne.

Aristophil a été créée par un personnage atypique, Gérard Lhéritier, un ancien militaire qui a été négociant en diamants avant de fonder une société d’investissement d’abord en timbres, puis dans les autographes. Cet univers fascinant, il a proposé à des épargnants de se l’approprier mais sous une forme assez compliquée d’indivision, en réalité pour réaliser de simples placements financiers. Cette affaire s’est considérablement développée en 2008 à l’époque de la crise boursière, ces placements atypiques représentaient une solution de secours pour les gens qui avaient des placements en bourse, d’autant plus que Gérard Lhéritier et sa société promettaient un rendement annuel de 8% ce qui à mon sens n’est pas possible. La promesse de rendement de 8% s’étalait sur cinq ans : en 2008 un afflux massif d’épargnants se sont tournés vers Aristophil, en 2013 ces épargnants avaient la possibilité de revendre leurs biens, c’est là que les difficultés ont commencé puisque Aristophil ne pouvait pas racheter forcément tous ces documents pour les revendre, les entrants donc étaient moins nombreux que les sortants…             Henri Vignes

"Superfail", à découvrir chaque lundi

"Superfail" est notre nouveau podcast "natif", né comme podcast et originaire du numérique, sans passer d’abord par l’antenne hertzienne. C’est Guillaume Erner, le producteur des Matins de France Culture, qui se lance sur cette nouvelle "antenne" numérique : chaque lundi, retrouvez une histoire d'échec, de fail, décryptée avec un invité. Un nouveau programme à part entière à écouter à votre rythme, quand vous le désirez. Et qui a pour ambition d'explorer les possibilités offertes par le média, en termes de ton, d'écriture, de durée...

Pour vous abonner au podcast

Pour Android et autres applications : abonnez-vous avec le fil RSS (sur téléphone Android et autres applications)
Sur iTunes et téléphones Apple : abonnez-vous avec ce lien

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Juliette Devaux
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation