Banque Dexia La Défense en 2011 ©Maxppp - Christophe Petit Tesson / MAXPPP
Banque Dexia La Défense en 2011 ©Maxppp - Christophe Petit Tesson / MAXPPP
Banque Dexia La Défense en 2011 ©Maxppp - Christophe Petit Tesson / MAXPPP
Publicité
Résumé

Comment la banque franco-belge Dexia a-t-elle pu faire faillite à deux reprises en 3 ans ? Retour sur la plus grande faillite bancaire, qui aura coûté près de 7 milliards d'euros à l'Etat français. Les raisons de ce fail avec l'analyste bancaire Christophe Nijdam.

En savoir plus

Comment expliquer le démantèlement de Dexia en 2011, 3 ans après la faillite de Lehman Brothers ? Notre invité Christophe Nijdam attribue la faillite de Dexia à 4 niveaux : éthique, gouvernance, stratégie et irresponsabilité des dirigeants. 

Dexia c'était un département de la caisse des dépôts, ça s'appelait la caisse d'aide à l'équipement des collectivités locales, ça été privatisé sous le nom de crédit local de France au milieu des années 90 et à ce moment ça été introduit en bourse. Au lieu d'en rester là, il y a eu au niveau des dirigeants de Dexia une folie des grandeurs, il y a eu une série de rachats de banques, notamment le crédit communal de Belgique, mais ensuite Dexia est allée se fourvoyer aux Etats-Unis en rachetant en l'an 2000 une société qui s'appelait FSA qui faisait de l'assurance dans le secteur des subprimes.

Publicité

Dans les nombreuses erreurs de management qui ont été faites, il y a eu une utilisation excessive de produits dérivés. Les produits dérivés de taux sont des sortes d'assurances sur les taux d'intérêts qui permettaient alors que Dexia se finançait à très court terme avec des taux variables et reprêtait à des collectivités locales sur des durées très longues (plus de 30 ans à taux fixe) pour couvrir ce risque de taux on utilise ces produits dérivés. 

Si on avait dû liquider en une seule fois Dexia en 2011 ou 2012 plutôt que de le garder en résolution lente, cela aurait engendrer 23 milliards d'euros instantanément sur le portefeuilles de dérivés qui était en montant notionnel de 450 milliards, c'est pour cela qu'on a décidé à l'époque de ne pas liquider immédiatement et d'avoir une liquidation ordonnée jusqu'à la saint-glinglin !

Dans les faiblesses structurelles de Dexia c'était d'avoir un recours très important aux marchés interbancaires et d'autres financements à très court terme pour financer un portefeuilles de prêts à très long terme .

Christophe Nijdam a été banquier aux Etats-Unis dans les années 80, analyste bancaire pendant la crise et dirigeant d'une ONG européenne spécialisée dans la régulation financière post-crise, a enseigné la finance pendant 18 ans à Sciences-Po Paris. Il est actuellement membre du collège de l'Autorité Bancaire Européenne et administrateur de l'Institut pour l’Éducation Financière du Public (IEFP), membre de "la finance pour tous". 

"Superfail", à découvrir chaque lundi

Deuxième saison de "Superfail", notre podcast "natif", né comme podcast et  originaire du numérique, sans passer d’abord par l’antenne hertzienne.  C’est Guillaume Erner,  le producteur des Matins de France Culture, qui se lance sur cette  nouvelle "antenne" numérique : chaque lundi matin, retrouvez une  histoire d'échec, de fail, décryptée avec un invité. Un nouveau  programme à part entière à écouter à votre rythme, quand vous le  désirez. Et qui a pour ambition d'explorer les possibilités offertes par  le média, en termes de ton, d'écriture, de durée...Retrouvez l'intégralité des épisodes de Superfail 

Pour vous abonner au podcast

Pour Android et autres applications : abonnez-vous avec le fil RSS (sur téléphone Android et autres applications)  *Sur iTunes et téléphones Apple : abonnez-vous avec ce lien
 

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Vivien Demeyère
Réalisation
Juliette Devaux
Collaboration