Jugée déconnectée de la population américaine, Hillary Clinton échoue en 2016 face à Donald Trump
Jugée déconnectée de la population américaine, Hillary Clinton échoue en 2016 face à Donald Trump ©Getty - Benjamin Lowy
Jugée déconnectée de la population américaine, Hillary Clinton échoue en 2016 face à Donald Trump ©Getty - Benjamin Lowy
Jugée déconnectée de la population américaine, Hillary Clinton échoue en 2016 face à Donald Trump ©Getty - Benjamin Lowy
Publicité

Le 8 novembre 2016, les résultats de l'élection présidentielle américaine tombent : Donald Trump sera le 45ème président des Etats-Unis. Pourtant, tout laissait penser que la candidate démocrate Hillary Clinton remporterait haut la main cette élection. Comment expliquer cet échec retentissant ?

Avec
  • Jean-Bernard Cadier grand reporter, correspondant de BFMTV à Washington

Hillary Clinton : une candidate sur-préparée

Lorsqu'elle se lance dans la campagne présidentielle en 2015, Hillary Clinton n'a que peu de doutes sur l'issue du scrutin : elle est certaine de gagner. Et cette certitude s'appuie sur une longue carrière marquée par la réussite : "Elle a toujours pensé que ce rôle de présidente était fait pour elle. Et elle a fait tout ce qu'il fallait pour ça : elle a passé deux mandats à la Maison blanche, elle a été sénatrice de l'état de New-York, elle a vraiment fait ses classes." explique le journaliste Jean-Bernard Cadier.

Et lorsque le nom du candidat sorti victorieux de la primaire du Parti Républicain apparaît, la confiance d'Hillary Clinton s'accroît. Donald Trump se démarque en effet par son impréparation, mais cette impréparation est largement compensée par son aisance à l'orale et devant les caméras, c'est ce qu'explique Jean-Bernard Cadier : "Tout le monde s'attendait à ce qu'elle le dévore dans les débats, mais il était tellement bon devant les caméras, qu'il a tenu le coup."

Publicité

Un échec spectaculaire et innatendu

Dans un ouvrage qu'elle a publié en 2017, intitulé What Happened (Ed. fayard, 2017), Hillary Clinton revient sur les raisons de son échec en 2016 et évoque notamment la ré-ouverture de l'affaire des e-mails quelques jours avant la date du vote, par le directeur du FBI de l'époque. Selon Jean-Bernard Cadier, au regard des conséquences minimes de l'affaire, celle-ci n'aurait pas dû être tant traitée dans les médias. Hillary Clinton a certes commis des imprudences en communiquant avec sa boîte mail personnelle lorsqu'elle occupait la fonction de ministre des affaires étrangères, mais aucun des e-mails saisis dans le cadre de ces enquêtes ne compromettaient réellement la sécurité de l'état.

Au delà du traitement médiatique de cette affaire, on a reproché à la candidate démocrate de faire preuve d'une forme de condescendance envers les citoyens américains. En claironnant ne pas être le genre de "femme à cuisiner des cookies", elle démontre pendant la campagne un mépris des classes moyennes qui joue en sa défaveur : "Elle est extrêmement maladroite parce qu'elle est loin de la réalité, elle ne vit pas la même réalité que les américains. Elle est déconnectée de la réalité émotionnelle des américains et c'est ça qui lui a été fatal à la fin." explique Jean-Bernard Cadier.