La consommation de saumon fumé a continué sa croissance en France en 2021, avec une hausse des ventes de 5 % par rapport à 2020
La consommation de saumon fumé a continué sa croissance en France en 2021, avec une hausse des ventes de 5 % par rapport à 2020
La consommation de saumon fumé a continué sa croissance en France en 2021, avec une hausse des ventes de 5 % par rapport à 2020 ©Getty - Chang
La consommation de saumon fumé a continué sa croissance en France en 2021, avec une hausse des ventes de 5 % par rapport à 2020 ©Getty - Chang
La consommation de saumon fumé a continué sa croissance en France en 2021, avec une hausse des ventes de 5 % par rapport à 2020 ©Getty - Chang
Publicité
Résumé

C'est un poisson plébiscité pour les fêtes de fin d'année : le saumon. Qu'il soit élevé en fermes aquacoles ou laissé en liberté, le saumon présente certains dangers pour notre santé et sa production intensive en Europe a des effets délétères sur l'économie d'Afrique de l'Ouest.

En savoir plus

La période des fêtes est une période rêvée pour un superfail gastronomique : terrine médiocre, purée trop sèche, bûche inqualifiable, et sans oublier le saumon. Car le saumon est en réalité une véritable catastrophe écologique, un poisson qu'il vaudrait mieux laisser au fond de l'eau et ce, alors même que les Français vivent une véritable histoire d'amour avec ce poisson, qu'ils le dévorent en sashimi, en filet ou encore fumé. Pour en savoir plus sur les méfaits de la consommation intensive de saumon, nous nous sommes tournés vers Anthony Berthou, nutritionniste et Abdoulaye Ndiaye, chargé des campagnes océan chez Greenpeace Afrique.

Le saumon sauvage : un saumon riche en contaminants

Cette dernière décennie, la consommation de poisson a largement augmenté en Europe. Alors que le saumon était considéré comme un poisson de luxe, il s'est ainsi largement démocratisé. Ce phénomène s'explique par les qualités nutritives exceptionnelles présentées par ce poisson : "Il a bonne presse notamment par rapport à sa teneur en acides gras qu'on appelle Oméga 3, dont une bonne partie de la population est déficitaire." Anthony Berthou, nutritionniste.

Publicité

Alors que l'on s'imagine que les saumons sauvages présentent moins de dangers pour notre santé que les saumons d'élevage, leur teneur en contaminants est pourtant plus élevée. En raison de la pollution des eaux, ces saumons peuvent nous contaminer en métaux lourds, c'est ce que nous explique le nutritionniste Anthony Berthou : " La problématique principale des saumons sauvages ce sont les contaminations en métaux lourds, en mercure et en méthylmercure, une forme particulière qui va être présente dans la chair des poissons et qui est aujourd'hui considéré comme un neurotoxique."

Le saumon d'élevage : risque environnemental et drame humanitaire

Il pourrait être tentant de se tourner alors vers le saumon d'élevage, majoritairement élevé dans des fermes en Europe du Nord. Mais là encore, ces poissons présentent des dangers pour notre santé : ils sont traités avec des antibiotiques pour éviter la prolifération de maladies dans les bassins, et des résidus de ces antibiotiques sont ensuite ingérés par les consommateurs finaux. Et au delà des effets sur la santé humaine comme les allergies, le traitement par antibiotique pose un problème de biodiversité selon Anthony Berthou. "Cela pose avant tout un problème de biodiversité, puisqu'on sait que l'usage d'antibiotiques va favoriser l'antibiorésistance et donc on entre dans une conséquence systémique qui peut être délétère à long terme."

Un autre problème engendré par la culture intensive de saumon, est un phénomène de pillage des ressources en Afrique de l'Ouest. Pour alimenter les saumons d'élevage du nord de l'Europe, l'on utilise en effet de la farine et de l'huile de poisson, des produits créés à partir de petits poissons pêchés sur la côte ouest de de l'Afrique. C'est ce que nous explique Abdoulaye Ndiaye, chargé des campagnes océan chez Greenpeace Afrique : "On a découvert que dans les deux dernières années, 500 000 tonnes de poissons ont été enlevées de l'alimentation des africains pour aller nourrir ces saumons. Aujourd'hui, un kilogramme de farine de poisson nécessite cinq kilogrammes de poisson."

Au delà d'accroître l'insécurité alimentaire de la région, les entreprises européennes retirent une source d'emploi majeure pour les habitants. Les travailleurs qui transforment les poissons, majoritairement des femmes en Afrique de l'Ouest, doivent ainsi faire face à une forme de concurrence déloyale. "Ces poissons étaient transformés par des femmes que l'on dit "transformatrices de produits halieutiques". Or de leur côté aussi ces femmes là n'ont plus travail", explique Abdoulaye Ndiaye.

Références

L'équipe

Guillaume Erner
Guillaume Erner
Guillaume Erner
Production
Cécile Laffon
Réalisation
Juliette Devaux
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation
Félicie Faugère
Réalisation