Eoliennes en France, 2017
Eoliennes en France, 2017 ©AFP - JEAN-FRANCOIS MONIER
Eoliennes en France, 2017 ©AFP - JEAN-FRANCOIS MONIER
Eoliennes en France, 2017 ©AFP - JEAN-FRANCOIS MONIER
Publicité

Retour sur les éoliennes et sur l'échec de la réalité par rapport aux rêves développés autour de cette énergie renouvelable.

Certains les trouvent laides, d’autres (moins nombreux il faut l’avouer) les trouvent belles : les éoliennes... Et si les éoliennes étaient du vent et recouvraient un grand échec ?
Problème quant à la production de l'énergie, problème d'intermittence, problème de stockage, problème quand il n'y pas de vent, problème quand il y a trop de vent, problème écologique par rapport aux oiseaux et aux chauve-souris broyés par les ailes des éoliennes, problème de pollution sonore et esthétique...
Retour sur les éoliennes avec notre invité Rémy Prud'homme, professeur émérite à l'Université de Paris XII et auteur du Mythe des énergies renouvelables aux éditions de l'Artilleur collection Grandeur nature.

Ce qui est un échec concernant les éoliennes, c’est la réalité par rapport aux rêves qui ont été développés et continuent d’être développés. L’idée de la République française est que l’avenir de l’électricité est dans les éoliennes et à un degrès moindre dans le photovoltaïque. Des rapports officiels expliquent qu’on peut très bien aller jusqu’à 50% voire 100% de l’électricité avec ces énergies renouvelables intermittentes.    En réalité une éolienne fonctionne en moyenne un peu moins du quart des heures de l’année et à des heures que l’on ne connaît pas à l’avance et qu’on ne peut pas décider, on ne peut pas piloter l’électricité éolienne et dans une moindre mesure, photovoltaïque.

Publicité

Avec l'éolien, on essaie de nous vendre ces énergies comme bucoliques mais la réalité n’est pas celle-là, c'est celle de l'un des plus gros « big business » de l'humanité actuellement...

"Superfail", à découvrir chaque lundi

"Superfail" est notre nouveau podcast "natif", né comme podcast et originaire du numérique, sans passer d’abord par l’antenne hertzienne. C’est Guillaume Erner, le producteur des Matins de France Culture, qui se lance sur cette nouvelle "antenne" numérique : chaque lundi, retrouvez une histoire d'échec, de fail, décryptée avec un invité. Un nouveau programme à part entière à écouter à votre rythme, quand vous le désirez. Et qui a pour ambition d'explorer les possibilités offertes par le média, en termes de ton, d'écriture, de durée...