France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Toutes les deux minutes, la conversation avec Brigitte doit s’interrompre. Par la fenêtre ou par la porte, l’on vient brandir un téléphone portable en rade. Chez Brigitte, les migrants stationnés à Calais peuvent venir charger leur appareil et ils le savent, le bouche-à-oreille fonctionne bien. L’ouverture en janvier d’un centre d’accueil de jour, annoncé dès 2014 par Bernard Cazeneuve, a à peine allégé le travail de cette Calaisienne catholique engagée depuis quinze ans, à l’époque de Sangatte, auprès des migrants en route vers l’Angleterre.

Brigitte, Mireille, Céline, Sigfried**.** .. : alors que la Commission européenne des droits de l’homme tance à nouveau la France pour ses conditions d’accueil des réfugiés syriens, rencontre avec ceux qui ont ouvert grandes leurs portes, de leur maison de leur salon et de leurs douches, pour rendre, à leur modeste échelle, cet accueil un peu plus doux.

Publicité

En reportage : Brigitte et ses 101 prises électriques, Céline, Sigfried et leur nouveau « petit frère » slovaque Jaroslav Mireille qui, fatiguée, ne peut plus accueillir de migrants chez elle parce que « pendant toutes ces années je n’ai pas assez mangé. Je n’allais pas me mettre à manger devant eux ! ». Omar Ouahmane avait rencontré cette femme bouleversante en 2008 pour France Culture.

En plateau : ** Christian Salomé ** président de l’Auberge des migrants et Stéphane Duval le directeur du nouveau Centre Jules Ferry.

En direct vendredi 27 février depuis les studios de France Bleu Lille.

Dans le garage de Brigitte
Dans le garage de Brigitte
© Radio France - J. Gacon
Un panneau électrique dans le garage pour charger les portables des migrants.
Un panneau électrique dans le garage pour charger les portables des migrants.
© Radio France - J. Gacon
Mireille.
Mireille.
© Radio France - J. Gacon