Publicité
En savoir plus

Il est comme posé sur la falaise qui domine le gave d’Aspe. Ses meurtrières épient la frontière des Pyrénées, selon le vœu de Louis Philippe qui l’avait fait construire. Pour rejoindre le Fort du Portalet, il faut s’engager sur un sentier taillé dans la roche calcaire grise, passer devant les tours de guet surmontées de lourdes cloches de pierre, s’engouffrer dans les coursives… Guidés par le bruit des truelles et des pierres que l’on déplace.

En mars, il a été confié à six « stagiaires » les opérations de gros œuvre nécessaires à la rénovation du Fort du Portalet. En fait d’apprentis, ce sont six détenus de la maison d’arrêt de Pau, tous volontaires et sélectionnés par un jury, embauchés pour 460 euros par mois. Au terme du chantier, ces prisonniers obtiendront leur diplôme de maçon… Un projet qui s’inscrit dans la volonté du ministère de la Justice de développer les aménagements de peine.

Publicité

En reportage : avec les « stagiaires » Eric , Jean , Fred … et Patrick Piedebout président de l’association de réinsertion Estivade .

En plateau : **Sophie Bleuet, ** directrice interrégionale des services pénitentiaires dans le sud-ouest. Et Eric Serfass , juge d'application des peines au Tribunal de grande instance de Pau (il vient tout juste d'être nommé Procureur de la République de Tarbes).

Enregistré le 11 septembre dans les studios de France bleu Béarn, à Pau.

L'entrée du Fort
L'entrée du Fort
© Radio France - J. Gacon
Patrice Piedebout sur la terrasse du Fort restaurée par les stagiaires
Patrice Piedebout sur la terrasse du Fort restaurée par les stagiaires
© Radio France - J. Gacon