Publicité
En savoir plus

*Un documentaire d’Ilana Navaro et Manoushak Fashahi *

Les braises brûlent réunies, Istanbul, Turquie, 2008
Les braises brûlent réunies, Istanbul, Turquie, 2008
- Antoine Adoudjian

Le paria c’est celui qui voit ce que la masse aveugle ne voit pas. Hrant Dink était le *paria conscient * de la société turque. Depuis cette position, il a bâti une vision politique lucide de la société. Il soulevait à lui seul avec courage, le voile du tabou jeté sur le génocide des Arméniens. Ses déclarations lui valurent l’hostilité du gouvernement turc tandis que sa mort était programmée par les milieux nationalistes. Grâce à sa parole si franche, si viscérale, Hrant sut émouvoir beaucoup de ses concitoyens turcs. Il racontait à la fois son origine arménienne et sa citoyenneté turque toutes deux assumées et révélait sans détour dans des débats télévisés, ce que la société, dans sa grande majorité, refusait de reconnaître : une culture du déni.

Publicité

Hrant Dink était un homme de paix, un militant de la réconciliation. Avec son journal Agos en langue turque, il a donné à lire le traumatisme des Arméniens de Turquie aux Turcs. Il disait qu’il fallait que les Arméniens osent exprimer leurs opinions, n’aient plus peur, qu’ils disent leurs souffrances, leur identité, leur joie et leur culture.

Mais que reste-t-il du combat de cet homme, de son idéal de réconciliation entre les peuples difficilement compris par les turcs et aussi parfois dans sa propre communauté ? Comment progresser avec les acquis de son combat dans la Turquie actuelle ? Le président Erdogan a présenté, l’année dernière, ses condoléances aux victimes arméniennes des massacres de 1915, sans nommer les coupables ni le crime.

Un portrait en filigrane de Hrant Dink, son combat, son journal Agos, sa femme, ses amis, avant et après sa mort. Un portrait aussi d’une certaine Turquie démocrate qui fait face à son propre passé et à son déni.

Lectures par Jean-Yves Berteloot de *Deux peuples proches, deux voisins lointains : Arménie-Turquie , * Hrant Dink *, * Ed.Actes Sud

Avec les témoignages de :

Sarkis Seropyan , rédacteur des pages en arménien du journal Agos

Rakel Dink , veuve de Hrant Dink

Hasan Cemal , un des journalistes les plus connus de Turquie, et petit fils de Djémal Pacha, l’un des trois dirigeants du Comité Union et de Progrès qui en 1915 avait commandité le génocide.

Et :

Hamit Bozarslan , historien

Cengiz Aktar , politilogue

Ali Bayramoglu , politologue

Nazan Maksudyan , historienne

Robert Koptas , ancien rédacteur en chef du journal Agos

Logo La Croix
Logo La Croix
© Radio France

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En partenariat avec La Croix

Références

L'équipe

Diphy Mariani
Réalisation
François Teste
Réalisation
Assia Khalid
Réalisation
Christine Bernard
Collaboration
Christine Robert
Réalisation
Guillaume Baldy
Réalisation
Julie Beressi
Réalisation
Anna Szmuc
Réalisation
Alisonne Sinard
Collaboration