Saïd Gharbi
Saïd Gharbi
Saïd Gharbi ©Radio France - A. Minart
Saïd Gharbi ©Radio France - A. Minart
Saïd Gharbi ©Radio France - A. Minart
Publicité
Résumé

Rencontre avec Saïd Gharbi, un danseur au profil atypique puisque non-voyant. Ses rencontres lui on permis d'explorer et de s'épanouir dans l'art de la danse.

En savoir plus

Saïd Gharbi ne se prédestinait pas à la danse. D’origine marocaine, il déménage en Belgique avec sa famille à la fin des années 1960. À l’âge de 14 ans il perd la vue. C’est en suivant des cours à la Ligue Braille de Bruxelles qu’il rencontre en juin 1992, à l’âge de 25 ans, le chorégraphe Wim Vandekeybus, alors à la recherche de danseurs et acteurs non-voyants pour sa compagnie « Ultima Vez ». En résulte un spectacle en 1993, Her Body doesn't fit her Soul, qui lui a valu le Prix spécial du Jury lors du Festival du film de Bruxelles. 

L’année suivante, en 1994, il joue un rôle bien plus crucial encore dans une autre création du chorégraphe et réalisateur : Mountains made of Barking. En effet, le court métrage, faisant partie intégrante de la représentation, a été tourné dans la ville natale de Saïd, au Maroc. Une expérience qui semble avoir marqué le danseur. 

Publicité

Lors de la préparation de Mountains made of Barking en 1994, il rencontre la danseuse d’origine slovène, Ana Stegnar, aujourd’hui son épouse. Ils dansent ensemble plusieurs années, notamment dans le cadre d’un autre spectacle de Wim Vandekeybus Bereft of a Blissful Union. Aujourd’hui, ils collaborent toujours, elle comme directrice artistique, lui comme danseur, notamment dans le cadre des Ballets du Grand Maghreb, une compagnie que Saïd a crée en 2002, avec le Français d’origine algérienne Ali Salmi, et le dramaturge belge Georg Weinand.

D’autres rencontres ont également marqué le parcours de ce danseur au profil atypique, notamment Delphine Demont, avec qui il a créé le spectacle Clairières. Cette danseuse contemporaine française explore plusieurs pistes pour enseigner cet art sans utiliser le sens de la vue. C’est dans ce but qu’en 2005 elle crée Acajou, une association proposant des cours de danse pour non-voyants à Paris.

  • Production : Audrey Minart 
  • Technique : Patrice Klun 
  • Réalisation : Diphy Mariani