Penseurs de théâtre : le Théâtre du Radeau, les bruits du monde

"Coda" de François Tanguy au festival Mettre en scène à Rennes du 9 au 13 octobre 2004
"Coda" de François Tanguy au festival Mettre en scène à Rennes du 9 au 13 octobre 2004 ©Maxppp - JEAN PAUL LOZOUET
"Coda" de François Tanguy au festival Mettre en scène à Rennes du 9 au 13 octobre 2004 ©Maxppp - JEAN PAUL LOZOUET
"Coda" de François Tanguy au festival Mettre en scène à Rennes du 9 au 13 octobre 2004 ©Maxppp - JEAN PAUL LOZOUET
Publicité

Avec la troupe du Radeau, à la Fonderie du Mans, autour de son fondateur François Tanguy. Dans ce lieu qu'ils occupent depuis 1985, échos d'un théâtre qui passe par la sensation, avec jeux d'ombres et de lumière. Et de grandes figures tutélaires qui se nomment Foucault, Deleuze ou Althusser.

- On a appris ce 7 décembre 2022 la mort du metteur en scène François Tanguy. Nous vous proposons à cette occasion de découvrir ou de réentendre cette émission en sa compagnie autour du lieu qu'il avait investi au Mans depuis près de 40 ans. -

Voici près de vingt ans que les spectacles du Théâtre du Radeau emportent ceux qui viennent les voir sur des terres non frayées, mobiles et parfois déconcertantes. François Tanguy et ses acteurs creusent avec obstination un sillon qui laisse nécessairement intranquille - faire théâtre d'un théâtre qui s'effondre. Que reste-t-il en effet quand on met à mal tous les paramètres qui fondent la représentation théâtrale : le texte, le jeu psychologique, la narration et tous les éléments constitutifs du drame ? On se souvient des mémorables Cantates, présentées sous la tente des acteurs du Radeau, en plein jardin des Tuileries. Une apparition qui préfigure le cortège de celles qu'ils nous offrent dans leur hallucinante lanterne magique, en un majestueux retable sécularisé.

Publicité

Kafka veille toujours sur les spectacles du Radeau, à moins que ce ne soit l'un de ses doubles en chapeau boule. Sans sommeil, on y scrute sans fin le sens d'une parabole rencontrée sur la route, et cela peut durer une vie entière. Ceux qui ont vu déjà un spectacle du Théâtre du Radeau savent qu'ils ont fait un voyage d'exception, dans l'épaisseur archaïque, violentée et majestueuse de notre histoire, comme si l'atelier d'un peintre venait à se peupler de toutes les fantasmagories, les chimères qui bruissent dans ses tableaux.

Avec cette sorte d'injonction paradoxale, diffuse mais fermement vécue : le travail du Radeau n'est pas à comprendre, aucun mode d'emploi ne sauvera du naufrage. La sensation seule tient lieu de boussole, celle qui nourrit chacun dans l'expérience qu'il fait comme spectateur. Les spectacles de François Tanguy nous donnent des leçons de voir, comment regarder mieux, plus profond,

Au cours de cette émission, nous prenons le temps de nous attabler avec la troupe du Radeau, à la Fonderie du Mans, leur camp de base. Entre le bœuf carotte en préparation pour soixante personnes le lendemain (à l'occasion d'une rencontre informelle d'amis, du Mans et d'ailleurs) et la préparation de la tournée brésilienne qui bat actuellement son plein, François Tanguy remet sur la table les questionnements qui le travaillent, et qui ne cessent de vriller son travail, qu'il s'agisse du plateau, ou de l'engagement politique. Comment faire théâtre d'un monde qui ne peut plus se mentir à lui-même, avec les armes mêmes du mensonge ? Quelles ressources la poésie ou la philosophie peuvent-elles lui apporter ? Comment regrouper les énergies, aujourd'hui si fragmentées. Comment retrouver une amorce d'orientation, et arrimer quelques bribes d'humanité, en attendant qu'elles grandissent ?

Sans simplifier ou dénaturer son travail, François Tanguy laisse filer sa pensée, calme et intransigeante ; autour de lui, ses acteurs, de la première heure ou beaucoup plus jeunes, viennent élargir le paysage artistique du radeau. Et comme la Fonderie est un lieu de travail et de rencontres, nous y avons retrouvé des amis, qui viennent compléter le portrait de famille. Sans oublier les bruits du monde, qui frappent durement à la porte.

Avec Frode Bornstadt, Laurence Chable, Pascal Kirsch, Bénédicte Lelamer, Jean-Paul Manganaro, Stanislas Nordey, Boris Sirdey et François Tanguy.

Une émission de Bruno Tackels, réalisée par Anne Fleury.

L'équipe