Hélios Azoulay
Hélios Azoulay ©Radio France - Le livre sur scène: lecture publique de "Juste avant d'éteindre"
Hélios Azoulay ©Radio France - Le livre sur scène: lecture publique de "Juste avant d'éteindre"
Hélios Azoulay ©Radio France - Le livre sur scène: lecture publique de "Juste avant d'éteindre"
Publicité

Marc-Alain Ouaknin s'entretient avec Hélios Azoulay, clarinettiste, compositeur, directeur musical de l'Ensemble de Musique Incidentale et écrivain.

Dans un article de 1925 intitulé L’uniformisation du monde, Stefan Zweig porte une critique profonde contre l’uniformisation du monde, par laquelle, tout devenant identique, conduit à une monotonie insoutenable c’est à dire à la disparition de l’homme créateur, c’est à dire à la disparition de l’artiste. Il ne s’agissait pas pour lui de fuir le monde, mais de retrouver "la liberté, la liberté par rapport à autrui, aux opinions, aux choses, la liberté pour soi-même. "Et c’est notre tâche, écrit-il, de devenir toujours plus libre, à mesure que les autres s’assujettissent volontairement !" En des formules surprenantes, il invite à se séparer du monde "à l’intérieur, mais pas à l’extérieur"  : "Portons les mêmes vêtements, adoptons tout le confort de la technologie, ne nous consumons pas dans une distanciation méprisante, dans une résistance stupide et impuissante au monde. "

Vivons tranquillement mais librement, intégrons-nous silencieusement et discrètement dans le mécanisme extérieur de la société, mais vivons en suivant notre seule inclination, celle qui nous est la plus personnelle, gardons notre propre rythme de vie ! »

Publicité

Et Zweig conclut son article en écrivant : "La culture, ce "bien premier de l’humanité" comme l’appelle Emil Lucka, éternellement transformée et toujours prompt au renouvellement, est au cœur de cet atelier de l’artiste, le monde, qui doit être notre monde, n’est jamais monotone."

Pour Zweig, "l’art, survit dans l’invention d’êtres continuellement pluriels » et non dans l’uniformisation de la musique, de la danse ou de la peinture." explique Hélios Azoulay

L'invité

  • Hélios Azoulay est clarinettiste, compositeur, directeur musical de l'Ensemble de Musique Incidentale et écrivain. il a notamment publié L'enfer a aussi son orchestre_, sur les musiques composées dans les camps qu'il interprète avec l'Ensemble de Musique Incidentale qu'il dirige. Son précédent roman est paru chez Flammarion,_ Moi aussi j'ai vécu.

Cette émission a été diffusée pour la première fois le 19 décembre 2021

Bibliographie

  • Hélios Azoulay, Juste avant d’éteindre , édition du Rocher, 2021

Œuvres diffusées

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.