Rabbin Yeshaya Dalsace
Rabbin Yeshaya Dalsace
Rabbin Yeshaya Dalsace
Rabbin Yeshaya Dalsace
Rabbin Yeshaya Dalsace
Publicité
Résumé

Marc-Alain Ouaknin reçoit le rabbin Yeshaya Dalsace

En savoir plus

Présentation

Du 30 novembre au 12 décembre 2015 a eu lieu en France La Conférence de Paris sur le climat . Organisée dans le cadre des Nations unies, cette 21e conférence des parties dite COP21 a réuni des participants du monde entier pour décider des mesures à mettre en place, dans le but de limiter le réchauffement climatique. Elle s’est conclue par un accord international, validé par tous les participants, applicable à tous les pays, fixant comme objectif une limitation du réchauffement mondial entre 1,5 °C et 2 °C d’ici 2100.

Les fondements philosophiques des différents engagements qui ont été pris relèvent d’une conscience éthique qu’Hans Jonas, par exemple, l’un des philosophes les plus importants du XXe siècle a développé dans son livre intitulé « **Le Principe responsabilité Das Prinzip Verantwortung * et approfondi dans tous ses autresouvrages dont « Pour une éthique du futur ».

Publicité

On peut résumer ses thèses par un impératif catégorique qui se formule ainsi :

« Agis de telle façon que les effets de ton action soit compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur terre ».

Ce qui revient à dire : « Nous n’avons pas le droit de choisir le non-être des générations futures à cause de l’être de la génération actuelle. Nous n’avons même pas le droit de le risquer [1]»

Cette éthique de la responsabilité et du futur fait écho à l’une des expressions les plus célèbres du texte biblique : le fameux éhyé achèr éhyé , le nom de Dieu révélé à moïse lors de l’épisode du buisson ardent [2].

La traduction classique en est « je serai en tant que je serai ». Le redoublement de cette « carte d’identité divine » de ce « je serai », peut se comprendre de la manière suivante : « Fais en sorte que ta parole et ton action soient toujours orientées vers le futur, « je serai », de telle sorte que d’autres qui viendront après toi, puissent aussi continuer à dire « je serai ».

Référence biblique qui nous conduit à nous demander comment cette question de la survie de l’humain sur la planète terre s’enracine dans les textes de la tradition juive. Ces textes de la tradition juive ont-ils pensé, avant l’heure et sans anachronisme la question de l’écologie ? Ont-ils pensé le lien de l’homme et de la nature, de sa responsabilité pour la nature ? Et si oui, de quelle manière ? Poétique ? Mythologique, Juridique ? Philosophique ? Éthique ?

Marc-Alain Ouaknin

[1]Le Principe Responsabilité (LPR) op.cit., p. 31.

[2] Exode 3, 14.

Programmation musicale

Chalom hanokh, Ki haadam èts hassadé.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

'invité

Yeshaya Dalsace est rabbin de la communauté Massorti Dor Vador à Paris_._ 

Références

L'équipe

Dany Journo
Réalisation