Francine Kaufmann
Francine Kaufmann
Francine Kaufmann ©Radio France - DR
Francine Kaufmann ©Radio France - DR
Francine Kaufmann ©Radio France - DR
Publicité
Résumé

Rediffusion

En savoir plus
La Mulâtresse solitude
La Mulâtresse solitude
© Radio France - DR

La Mulâtresse Solitude, un livre d'André Schwartz-Bart, lu par Guila Clara Kessous

https://www.desfemmes.fr/livre-cd-audio/la-mulatresse-solitude/

Publicité
Guila Clara Kessous
Guila Clara Kessous
© Radio France - DR

L'invitée

Née à Paris en 1947, Francine Kaufmann est professeure des  universités, chercheur et essayiste (littérature de la Shoah, traduction  juive et biblique, traduction pour les média), interprète de conférence  et traductrice de poésie.  

Docteur ès lettres (1976), titulaire d’une maîtrise de théâtre  (1968), du diplôme supérieur d’hébreu de l’École des Langues Orientales   à Paris (1968) et  d’un diplôme de l’Institut de Communication Publique  de l’Université de Boston (1984), elle a été assistante de langue et de  littérature hébraïques à Paris III de 1969 à 1974, ainsi qu’à l’INALCO  et à l’Université de Paris VIII-Vincennes avant de s’installer à  Jérusalem en 1974. 

https://www.youtube.com/watch?v=WilQMEeXPJY&feature=emb_logo
https://www.youtube.com/watch?v=WilQMEeXPJY&feature=emb_logo
© Radio France - DR

Professeure retraitée de l’Université Bar-Ilan, en Israël, elle y a  enseigné de 1974 à 2011 au Département de traduction, d’interprétation  et de traductologie, qu’elle a dirigé à deux reprises. Elle fait partie  du corps enseignant de l’Institut Élie Wiesel, à Paris, depuis 2006. 

Interprète de conférence (membre A.I.I.C.), elle est l’interprète d’hébreu en français dans les films de Claude Lanzmann : Shoah and Sobibor.  Elle a longtemps été réalisatrice de télévision et de radio {La Source  de Vie, Kol Israël, RCJ), et journaliste dans la presse juive. Elle a  réalisé des expositions sur André Chouraqui et André Schwarz-Bart et  elle est co-scénariste du film André Chouraqui, l'écriture des Écritures  (2010). (http://translation\.biu\.ac\.il/en/page/398). 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Simone et André Schwarz-Bart
Simone et André Schwarz-Bart
© Radio France - DR

Quelques livres dont il a été question dans l'émission

.
.
© Radio France - DR

N°1 La Mulâtresse Solitude

"De mère africaine - arrachée à son village de brousse par les  trafiquants d'esclaves - et de père inconnu - quelque marin du bateau  négrier voguant vers la Guadeloupe - elle n'est ni noire ni blanche, et  même ses deux yeux sont de nuance différente. Enfant, on la surnommera  cc Deux-âmes ». Et finalement c'est sous le nom de « Solitude » qu'elle  vivra à la Guadeloupe dans les familles de Blancs qui l'ont achetée,  puis parmi les troupes de Noirs révoltés qu'elle rejoindra à grand-peine  dans leurs refuges des forêts de la Soufrière.  

L'histoire se passe d'environ 1760 à 1802. L'abolition de l'esclavage  décrétée par la Convention n'aura duré que le temps d'un rêve. Et  Solitude, près de l'Africain Maïmouni qu'elle a découvert dans la forêt  et dont elle partage la vie, a senti en elle-même « battre un cœur de  négresse ». C'est elle, enceinte et soutenue par ses compagnons, qui  anime le dernier combat. Capturée, elle est pendue après avoir donné  naissance à son enfant.

Tel fut le destin tragique d'un personnage bien réel, sous les couleurs  de la légende. L'auteur du Dernier des Justes en a rendu perceptibles «  le bruit et la fureur » à travers la musique et la tendresse." (Quatrième de couverture)

N°2 Les ancêtres en Solitude

.
.
© Radio France - DR

Quatrième de couverture :

Trois générations de femmes à la Guadeloupe depuis le milieu du XIXe  siècle jusqu'aux premières années du XXe : La première, Bébé, est la  fille de La Femme Solitude, une esclave devenue un personnage mythique ;  elle est achetée par la veuve d'un planteur. Elle est un peu sorcière,  voit des apparitions de Jésus. 

Un pauvre blanc l'achète, "la met en  case", lui fait trois filles. Il finira par l'épouser avant de mourir.  La seconde, c'est Hortensia, une des filles de Bébé. L'esclavage a été  aboli mais rien n'a changé vraiment. Hortensia est, comme sa mère, une  étrange petite fille, avide de sortilèges, tentée par la révolte mais  prisonnière de sa condition. La troisième femme est la fille  d'Hortensia. 

On l'appelle Mariotte. 

Elle vit avec sa grand-mère, Man  Louise, sa mère et ses deux tantes. L'enfant s'attache à un grand  gaillard qui lui fait un peu peur mais lui raconte, à sa façon,  l'histoire de son aïeule, la Femme Solitude. 

De nombreux personnages,  hauts en couleur, vivent autour des trois héroïnes. Tout un petit monde  revit dans une langue colorée et savoureuse. Le réalisme du quotidien  est enchanté par les pensées et les sentiments des trois femmes :  univers mystérieux où errent des ombres et des démons, où surnagent les  restes de religion chrétienne. L'existence n'est pas facile, mais c'est  la joie ou du moins l'élan à vivre qui l'emporte toujours. 

André Schwarz-Bart a obtenu en 1959 le prix Goncourt pour Le Dernier des  Justes. Le Seuil a publié L’Étoile du matin en 2009, un inédit posthume  sur la condition juive. Simone Schwarz-Bart a publié, seule ou avec son  mari, des romans et une pièce de théâtre, Ton beau capitaine, en 1987.

N°3 Un plat de porc aux bananes vertes

.
.
© Radio France - DR

Quatrième de couverture :"Une vieille femme de couleur, originaire de la Martinique, achève ses  jours dans un hospice public. 

Nous sommes à Paris, dans la seconde  moitié du XXe siècle.

A travers ses nostalgies resurgissent des mondes  anciens : l'esclavage, la servitude, une misère à peine tempérée par le  ciel, les hautes figures de l'enfance.Et peu à peu se dresse sous nos  yeux un personnage exemplaire, dont l'existence ne fut qu'un seul et  inlassable défi lancé " à l'oubli, au grand âge, mais aussi, surtout, à "  l'hostie de la soumission spirituelle aux blancs. "

N°4 Pour relire le dernier des justes de Francine Kaufmann

.
.
© Radio France - DR

Bibliographie complémentaire de l'invitée

Francine Kaufmann est l’auteur d’une centaine d’essais universitaires et d’articles d’encyclopédies.  On consultera avec intérêt la site de l'Institut Elie Wiesel http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fwww.instituteliewiesel.com%2Ftaxonomy%2Fterm%2F23

Références

L'équipe

Dany Journo
Réalisation