François Ardeven
François Ardeven
François Ardeven ©Radio France - .
François Ardeven ©Radio France - .
François Ardeven ©Radio France - .
Publicité
Résumé

.

En savoir plus

S’interrogeant sur ce que signifie « « écrire l’Histoire », Walter Benjamin avançait qu’il fallait « donner leur physionomie aux dates », c’est à dire : « donner à chaque événement son vrai visage. »

Depuis le 24 février, l’événement à qui nous devons « donner son vrai visage » est celui de l’invasion brutale de l’Ukraine par la Russie, au motif de dénazification du pays, contrée par  la résistance opiniâtre des ukrainiens, entre « énergie du désespoir », compte tenu du déséquilibre des forces militaires, et « affirmation déterminée, intrépide », de tout un peuple qui tient, soutenu, mobilisé par un président qui ose et va chercher sans relâche le soutien de l’Europe et des occidentaux.

Publicité

Volodymyr Zelinsky, salué comme « l’homme de la situation », comme « un héros de guerre » est souvent comparé dans les médias à de grande figures bibliques aussi importantes et fondatrices que Moïse, Abraham, David, ou encore Juda Macchabée vainqueur de la guerre contre les grecs au deuxième siècle avant notre ère.

Certains évoquent aussi Mardochée, l’oncle de la Reine Esther que rien ne prédisposait au rôle de sauvetage de son peuple condamné à l’extermination !

Et, compte tenu des aspects tragiques, douloureux et tellement étranges de cette guerre, comment en effet ne pas penser à ce livre si singulier qu’est le livre d’Esther ?

Nous avons l’avons évoqué  la semaine dernière en nous interrogeant sur Pourim en tant de guerre … Il me semble important aujourd’hui de plonger au cœur de ce texte et d’en faire percevoir les résonances avec cette guerre au cœur de l’Europe.

L'invité

François Ardeven est un professeur de Lettres classiques et psychanalyste français

Après des études de Lettres au lycée Louis-le-Grand (1984-1986), François Ardeven obtient une maîtrise d’histoire intitulée "Freud et le nazisme", en 1989, sous la direction de l’historien Jacques Bariéty (Paris IV). En même temps que l’obtention d'un Deug de mathématiques (Paris VI), il soutient un DEA de Philosophie sur "Wittgenstein et Kafka

(W/K)" en 1996 sous la direction de Christiane Chauviré (Paris I).

Il soutient un doctorat en psychopathologie clinique et psychanalyse (recherche) à Paris 7 sous la direction de Max Kohn en 2015, intitulé « Insultes, cris et chuchotement ».

Depuis 2005, François Ardeven pratique la psychanalyse à Paris. Il est membre de l'association "Dimensions de la psychanalyse".

Depuis 2006, il enseigne le midrash laïque au Centre Medem-Arbeter Ring ainsi qu'un séminaire général intitulé "Shrink Shrink" (clin d'œil à shrink qui est synonyme de psychanalyste en anglais courant). Il y coordonne également la commission Culture depuis 2018, et y  anime de nombreuses conférences.

Archive sonore

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le chant que l'on entend dans l'émission est à 11' 30''. Di goldene pavé, c'est à dire "Le paon d'or"

Le livre de l'invité

Editions IMAGO
Editions IMAGO
© Radio France - François Ardeven & Edith Apelbaum

Cet ouvrage est issu d un séminaire de François Ardeven intitulé « Midrash laïque » qui se tient depuis plus de quinze ans au centre Medem (Centre juif laïque) à Paris.

Ce séminaire consiste en un libre commentaire de textes bibliques dans l atmosphère du Midrash, c'est-à-dire de la multitude d'histoires et de légendes qui entourent la Loi. Ce détour par la tradition orale permet au texte biblique d'éclairer un peu de notre monde, en se plaçant ici dans la lumière de la philosophie, de la littérature et de la psychanalyse. Sont rassemblées dans ce volume les leçons de quatre années.

Chacune, comme quatre cartes d'un jeu plus vaste, compose un portrait avec sa couleur et sa douleur propres : Joseph plus heureux en Égypte qu avec les siens, le prophète Jonas coupable d avoir un peu trop raison, Esther qui d une certaine façon pérennise l exil, Job enfin, dont l extinction de la plainte occupe le plus long livre de la Bible.

Les propos de François Ardeven ont été recueillis et mis en forme par Edith Apelbaum.

Références

L'équipe

Alexandra Malka
Réalisation