Fête champêtre avec un joueur de flûte de 1720
Fête champêtre avec un joueur de flûte de 1720
Fête champêtre avec un joueur de flûte de 1720 ©Getty - 	duncan1890
Fête champêtre avec un joueur de flûte de 1720 ©Getty - duncan1890
Fête champêtre avec un joueur de flûte de 1720 ©Getty - duncan1890
Publicité
Résumé

S'il fallait déceler le moment où l'homme moderne, à la fois bardé de religion et nanti d'une morale individuelle avait atteint une forme de nec plus ultra de la civilisation, s'il fallait définir ce point d'équilibre anthropologique, le 18è siècle serait sans doute élu ou désigné.

avec :

Christophe Losfeld (chercheur au Centre interdisciplinaire de Recherche sur les Lumières en Europe).

En savoir plus

La question de la nature des bons comportements peut se lire, depuis la Renaissance, comme un débat entre une civilité universaliste, car à la portée de tout le monde, et une politesse qui, elle, ne cesse d'être en quête de distinction. Ce débat, à l'évidente portée pédagogique, engage aussi une conception de la société, conception qui évolue singulièrement entre la fin du règne de Louis XIV et celle de l'Ancien régime. Et il est indissociable, enfin, de conceptions morales qui ne cessent d'hésiter entre l'affirmation de normes d'obédience chrétienne et un discours sécularisé de plus en plus soucieux d'une organisation rationnelle de l'ici-bas.

En savoir plus : Tutoiement ou vouvoiement ?

Avec Christophe Losfeld, agrégé d'allemand, habilité en littérature et civilisation française, enseignant au Lycée August-Hermann Francke de Halle et chercheur au « Centre interdisciplinaire de Recherche sur les Lumières en Europe », à l'occasion de la parution de : "Politesse, morale et construction sociale. Pour une histoire des traités de comportemens" (1670‑1788) (Honoré Champion, coll. « Les dix-huit siècles », 2011)

Publicité

En savoir plus : La nostalgie de la politesse

Références

L'équipe

Antoine Perraud
Production
Thierry Beauchamp
Collaboration
Franck Lilin
Réalisation