L'avenir du hip-hop au Lycée Turgot à Paris

Les élèves de la section hip hop du lycée Turgot
Les élèves de la section hip hop du lycée Turgot - David Bérillon
Les élèves de la section hip hop du lycée Turgot - David Bérillon
Les élèves de la section hip hop du lycée Turgot - David Bérillon
Publicité

Une émission enregistrée au Lycée Turgot à Paris, dans la section hip-hop du professeur David Bérillon. Le film documentaire "Allons enfants" les avait suivis pendant un an. On se glisse dans un cours de création chorégraphique.

Une émission enregistrée au Lycée Turgot à Paris, dans la section hip-hop du professeur David Bérillon.

Maxime Auber (Pmaax) et Charlotte Saudrais (Mystik) sont deux anciens élèves de la section qui sont dans le film Allons enfants ; Dounia Abderemane (Danse debout, Terminale) et Samuel Perichou (Breaker, Seconde) deux élèves actuels : tous les quatre se joignent à leur professeur David Bérillon pour nous raconter ce que cette aventure de danse fait à leurs vies. C’est une histoire de transmission, une histoire d’émancipation. Ils nous ont ouvert les portes du gymnase, au lycée, dans lequel se déroule un entraînement physique.

Publicité

Aujourd’hui, la séance de préparation/échauffement est suivi d’une séquence de création : sur le thème de "la prise de parole" et sur la musique du danseur Aurélien Collewet AKA Biscuit, les groupes d’élèves ont 45 minutes pour créer ensemble une forme de 3 minutes 30, que chaque groupe présente ensuite aux autres.

Charlotte, Dounia, Maxime, Samuel et leur professeur David Bérillon
Charlotte, Dounia, Maxime, Samuel et leur professeur David Bérillon
- AC

Le film documentaire  Allons enfants des réalisateurs Thierry Demaizière et Alban Teurlai, sorti en salles en avril 2022, était consacré à cette section d'excellence créée en 2016 . Les élèves viennent de partout en France – parfois de quartiers populaires - dans ce lycée du centre de Paris – et de la seconde à la Terminale, ils doivent assurer le programme scolaire, et l’apprentissage de la culture et de la danse hip-hop. Ils n’ont pas 18 ans mais chacun a une raison essentielle de danser. Chacun invente une gestuelle bien à lui ou à elle.

Ils savent faire groupe mais ne se ressemblent pas. Ils prennent la place sans attendre qu’on leur donne. Leur professeur est celui qu’on a rêvé d’avoir – il encourage, écoute, et ouvre une voie différente à chacun. Charlotte dira "quand je danse, je sens que je suis vivante". D’autres diront que le hip-hop c’est une revanche, le seul moyen de s’exprimer. "Ça nous maintient en vie". On a eu envie d’aller rencontrer ceux et celles qui sont encore au lycée mais seront sur nos scènes demain, des adolescents artistes. Déterminés. Plus vivants que vivants. 50 élèves dans un gymnase, entre 15 et 18 ans, dansent contre la routine gestuelle, et incarnent l’avenir de la culture hip-hop

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le cours de création, section hip hop du Lycée Turgot
Le cours de création, section hip hop du Lycée Turgot
- AC

L'équipe