Robyn Orlin - Robyn Orlin
Robyn Orlin - Robyn Orlin
Robyn Orlin - Robyn Orlin
Publicité
Résumé

Robyn Orlin convoque la mémoire des conducteurs de rickshaws zoulous en Afrique du Sud, leur flamboyance. Faustin Linyekula joue pour la première fois la pièce Banataba en France, à partir d'une statue des réserves du Met à New York, qui appartient au clan de sa mère au Congo, les Lengola.

avec :

Robyn Orlin (chorégraphe), Faustin Linyekula (Danseur et chorégraphe congolais, fondateur des studios Kabako à Kinsangani.).

En savoir plus

Robyn Orlin, chorégraphe sud-africaine. Sa création "we wear our wheels with pride and slap your streets with color... we said  "bonjour" to satan in 1820" est présentée au Théâtre National de Chaillot (Paris) les 17 et 18 juin, avant une tournée à venir. La pièce s’inspire de l’univers chamarré et politique des rickshaws zoulous, les pousse-pousse zoulous qu’elle voyait dans son enfance parcourir les rues en dansant sous leurs hautes coiffes flamboyantes... Avec huit jeunes danseurs de la Moving into Dance, qui fut l’une des premières compagnies de danse non raciale de Johannesbourg, elle met en scène derrière les parures des rickshaws la “sale histoire” du passé colonial de son pays, que son travail questionne depuis trente ans. 

Ses propos seront traduits en direct par Marguerite Capelle. 

Publicité

Faustin Linyekula, chorégraphe et danseur congolais. Sa pièce Banataba, créée en 2017, sera présentée pour la première fois en France les 02 et 03 juillet au Centre de la Vielle Charité (Marseille), à l’occasion du Festival de Marseille. Ce duo avec la danseuse Moya Michael part sur les traces d’une statue de l’ethnie lengola, depuis les réserves du Metropolitan à New York jusqu’au village de son grand-père maternel, Banataba, au bord du fleuve Congo... Une réflexion sur la mémoire, sur la puissance de l’objet-archive face aux logiques muséales, avec pour trame l’histoire complexe de l’actuelle République démocratique du Congo. Comment les communautés là-bas peuvent-elles retrouver un lien avec un passé pillé et disséminé en Europe ? Que nous raconte un objet une fois déplacé dans un musée et que révèle-t-il dans les yeux, le corps, la tête de celui ou celle qui regarde 

Références

L'équipe

Aurélie Charon
Aurélie Charon
Aurélie Charon
Production
Inès Dupeyron
Collaboration
Delphine Lemer
Réalisation