Littérature : Weyergans, Roffinella

François Weyergans en janvier 2006
François Weyergans en janvier 2006 ©Getty -  Frederic SOULOY
François Weyergans en janvier 2006 ©Getty - Frederic SOULOY
François Weyergans en janvier 2006 ©Getty - Frederic SOULOY
Publicité

Entretien avec l'écrivain François Weyergans alors que paraît l'un des romans les plus attendus de la rentrée littéraire 2005, "Trois jours chez ma mère".

Avec

Ce Tout arrive !  de livres est un peu sinueux aujourd'hui, un peu insaisissable à l'image du dernier et longtemps attendu livre de François Weyergans , Trois jours chez ma mère , en lice pour les plus prestigieux prix littéraires de l'année, qui se joue avec virtuosité des identités et des temps de la narration. Après avoir dialogué avec notre invitée, la romancière Martine Roffinella qui explore elle avec Unes un peu de l'érotisme au féminin, c'est donc François Weyergans qu'on trouve sous le feu de questions croisées, concernant par exemple l'ominiprésence de la musique dans son roman, ou la construction de ses personnages (jamais très loin de leur auteur). Le tout en miroir avec l'autre roman Salomé , écrit par Weyergans lorsqu'il avait 27 ans et jamais paru jusqu'alors. Mais, de la même façon qu'il mélange les moments réels ou fictifs, passés ou présents, Weyergans parle mais ne répond pas forcément, et fait des pirouettes… On entr-aperçoit néanmoins son travail et ses précoccupations pour le roman (deux thèmes qui font tourner le monde, l'amour et l'argent). 

Ce que moi je trouve intéressant, c'est que ce roman, Trois jours chez ma mère_, qui met en scène un fils qui va mal mentalement avec sa mère qui va mal physiquement, ça aboutit à un livre qui me paraît en très bonne santé_. François Weyergans

Publicité

Et au final on en apprend un peu plus, quand même, sur cette façon unique "d'aimer les personnages", ainsi que la construction et l'art du montage de ce roman à plusieurs débuts dans lequel "le décor, c'est la difficulté d'écrire ".

Son roman Trois jours chez ma mère obtient est en lice pour le prix Goncourt de 2005 : 

Avoir le prix Goncourt ce serait bien pour avoir une maison de campagne où je pourrais recevoir mes petits-enfants. François Weyergans

Ce que moi je trouve intéressant, c'est que ce roman, "Trois jours chez ma mère" qui met en scène un fils qui va un peu mal mentalement avec sa mère qui va mal physiquement aboutit à un livre qui lui me paraît être en très bonne santé. François Weyergans

A travers plusieurs de ses roman, on retrouve le personnage de l'huissier : 

C'est un bon thème romanesque. Il y a deux grands thèmes qui sont l'amour et l'argent, deux choses importantes pour tout le monde, en tout cas pour moi. universelles donc. Quand on pense à l'argent la meilleure façon de traiter ça de façon romanesque à mes yeux ce sont les banques et les impôts. Dès qu'on pense impôts on pense plutôt à ne pas les payer, donc on reçoit l'huissier du trésor public à la maison. Ça fait un personnage, je trouve, éminemment romanesque. En plus j'ai essayé de rendre ce personnage sympathique et drôle, ce qui prouve bien que c'est un roman, de la fiction. François Weyergans

Mon travail c'est de construire la psychologie d'un personnage, je le construis avec ce que j'ai sous la main et entre autre avec cette idée de nombreux projets. Après qu'on me les attribue ou pas, ça finit par m'être égal. [...] Je construis ce personnage, il est écrivain parce que je connais mieux ce métier que d'autres mais il aurait pu exercer une autre profession libérale... Un écrivain a des projets d'écriture tant qu'il est en vie. Comme je veux aussi qu'il soit très curieux de tout, parce que pareil quand on est pas curieux de tout, on est à plaindre. François Weyergans

François Weyergans
François Weyergans

L'équipe