James Baldwin se balade à Harlem, en juin 1963
James Baldwin se balade à Harlem, en juin 1963 ©Sipa - AP/SIPA
James Baldwin se balade à Harlem, en juin 1963 ©Sipa - AP/SIPA
James Baldwin se balade à Harlem, en juin 1963 ©Sipa - AP/SIPA
Publicité

Les étoiles sont noires, les rayures rouges: un drapeau signé David Hammons flotte à l'entrée du Studio Museum de Harlem, qui fut en 1968 le tout premier musée consacré à ces artistes et plasticiens africains-américains, lontemps restés dans les marges de l'histoire de l'art...

Restés également peu visibles, même lors du mouvement pour les droits civiques, lequel s'exprimait plus fort aux yeux du reste du monde par la musique et la littérature. Redécouvrir ces artistes, c'est revisiter une page oubliée ou minorée de la culture noire, au moment même où est inauguré à Washington par un président noir le National Museum of African American History and Culture en ces termes emprunté au poète Langston Hughes « Moi aussi, je suis l’Amérique .

Tongues
Tongues
- Holy Rollers
The flag is bleeding
The flag is bleeding
- Faith Rinnggold / ADACP Paris 2016

Invité :

Publicité

Daniel Soutif, commissaire de cette exposition, produit d'une vaste enquête, absolument inédite en France, qui croise les perspectives artistiques et politiques

Autour de l'expositon "Color Line"- Musée du Quai Branly

: les artistes africains-américains et la ségrégation

Martin Luther King, jr
Martin Luther King, jr
- Adagp, Paris, 2016
Les artistes africains-américains et la ségrégation
Les artistes africains-américains et la ségrégation

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'équipe

Vanessa Nadjar
Réalisation