Christa Wolf (1929-2011) en 1988
Christa Wolf (1929-2011) en 1988
Christa Wolf (1929-2011) en 1988 ©Getty - Photo de Schiffer-Fuchs/ullstein bild via Getty Images
Christa Wolf (1929-2011) en 1988 ©Getty - Photo de Schiffer-Fuchs/ullstein bild via Getty Images
Christa Wolf (1929-2011) en 1988 ©Getty - Photo de Schiffer-Fuchs/ullstein bild via Getty Images
Publicité
Résumé

Christa Wolf n’est pas tout à fait comme tout le monde : Elle écrit sur la déchirure de l’Allemagne dans "Le ciel partagé" (1963), sur ses propres dénis dans "Trame d’enfance" (1976). Elle creuse l’oubli, rumine un passé qui ne passe pas.

En savoir plus

Rediffusion du 09.11.2013

À partir de 1976, à la suite de son soutien au chanteur Wolf Biermann, Christa Wolf n’est plus une femme libre. La Stasi l’espionne. On refuse qu’elle quitte le parti. Mais plus on cherche à la museler et plus l’écrivaine s’échappe par l’écriture dans les strates du temps.

Publicité

Elle trouve refuge auprès des premiers romantiques allemands qui, comme elle, n’avaient Aucun lieu. Nulle part (1979). Dans Cassandre (1983) ou Médée (1996), elle s’inspire de ces "femmes sauvages" de la mythologie grecque qui avancent, comme elle, tête haute, la parole vibrante. On se presse à ses lectures. On rêve l’esprit éveillé.

Christa Wolf
Christa Wolf
- Rowohlt Verlag

Peu après la chute du mur, l’icône de la littérature est-allemande est injustement accusée d’avoir travaillé pour la Stasi. Dans Ce qui reste, elle écrit : N’aie pas peur, dans cette langue, que j’ai dans l’oreille, pas encore sur les lèvres, j’en parlerai aussi un jour. Brisée mais non vaincue, Christa Wolf entreprend alors dans Ville des anges (2011) une lente et ultime descente au "fond du puits".

Le corps perpétuellement en alerte, Christa Wolf luttait depuis des années contre la maladie. Elle est morte à l’âge de 82 ans.

Un documentaire de Christine Lecerf, réalisé par Charlotte Roux. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France. Nouveau site web, Sylvia Favre.

Jack Lang, alors ministre de la Culture, décerne l'insigne de "Commandeur des Arts et Lettres" à Christa Wolf, l'une des écrivaines les plus connues de l'ex-Allemagne de l'Est communiste (12.09.1990, Paris)
Jack Lang, alors ministre de la Culture, décerne l'insigne de "Commandeur des Arts et Lettres" à Christa Wolf, l'une des écrivaines les plus connues de l'ex-Allemagne de l'Est communiste (12.09.1990, Paris)
© AFP - Patrick Hertzog / AFP

Intervenants

Avec la voix de Christa Wolf

Extraits de films :

  • Le ciel divisé de Konrad Wolf, adaptation de Christa et Gerhard Wolf (DEFA, 1964)
  • Le tambour de Völker Schlöndorff (1979)
  • Christa Wolf. Ein Tag, ein Jahr, ein Leben, de Gabriele Denecke et Gabriele Conrad (ARTE, 2004)

Pour aller plus loin

44 min

Demain, retrouvez Bernard Loiseau (1951-2003), un documentaire de Victor Macé de Lépinay, réalisé par Marie-Laure Ciboulet.

Références

L'équipe

Anaïs Kien
Production
Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Charlotte Roux
Réalisation
Christine Bernard
Coordination
Christine Lecerf
Production déléguée
Laurence Jennepin
Collaboration
Sylvia Favre
Collaboration