Fernand Deligny en 1959
Fernand Deligny en 1959 - Avec l'aimable autorisation des éditions L'Arachnéen
Fernand Deligny en 1959 - Avec l'aimable autorisation des éditions L'Arachnéen
Fernand Deligny en 1959 - Avec l'aimable autorisation des éditions L'Arachnéen
Publicité

La vie inclassable de Fernand Deligny témoigne de son regard unique sur l'existence. De l'asile d'Armentières aux aires de séjour dans les Cévennes, il passa sa vie à imaginer de meilleures prises en charge pour les enfants marginalisés.

Avec
  • Richard Copans Cinéaste, producteur, fondateur des Films d'Ici
  • Sandra Alvarez de Toledo Fondatrice des éditions de L’Arachnéen
  • Catherine Perret Philosophe et psychanalyste

Après de vagues études de psychologie et de philosophie, Fernand Deligny arrive par hasard à l’hôpital psychiatrique d’Armentières en 1938 où il travaille en tant qu’instituteur puis en tant qu'éducateur. Il y observe le sort tragique des malades mentaux en ces temps de guerre et particulièrement celui des enfants. Très vite, il met en place un réseau de complices - les gardiens des lieux - et invente avec eux, à l’intérieur de l’institution, des manières de rendre la vie désirable pour ces jeunes malades.

Fernand Deligny dans "Mémoires du siècle" au micro d'Antoine Spire : "j'ai toujours vécu en marge" (France Culture, 01.09.1989)

2 min

Fernand Deligny, inventeur des refuges

Deligny est ensuite nommé directeur du centre de triage de Lille. Là encore, il y détourne les demandes officielles pour offrir aux jeunes exclus de la société un lieu de refuge. Son positionnement dérange et il est contraint de quitter le centre. Grâce au soutien des communistes au pouvoir, il fonde La Grande Cordée en 1948, une organisation expérimentale dite de “cures libres”. Il s’agissait d’utiliser le réseau des auberges de jeunesse existantes pour envoyer des jeunes en déroute découvrir un nouvel environnement et les aider à trouver leurs voies.

Publicité

Fernand Deligny dans "Radioscopie" de Jacques Chancel (France Inter, 17.12.1980)

1 min

Plus tard, en 1967, Deligny fait une rencontre décisive qui change sa vie pour toujours. Janmari, jeune garçon autiste mutique, devient "son maître à penser". Pour cet enfant singulier, Fernand Deligny et quelques compagnons de route s’installent dans les Cévennes et imaginent une vie "à l’abri du langage" organisée pour convenir au "mode d'être" de Janmari.

Fernand Deligny dans "Mémoires du siècle" au micro d'Antoine Spire : "le langage, je n'y crois pas" (France Culture, 01.09.1989)

2 min

Cette démarche eut un grand retentissement dans les milieux de l'éducation et du soin. Des psychiatres et des psychanalystes, comme Françoise Dolto ou Maud Mannoni, y ont vu un lieu d'expérimentation unique qui devait aussi profiter à leurs jeunes patients. Deligny accepta de recevoir ces enfants pour des séjours de rupture et développa, pour les accueillir, un réseau d'aires de séjour.

Ces endroits, non subventionnés et vétustes, étaient encadrés par des gens qui n’avaient aucune formation d’éducateur ni de soignant, mais qui s'impliquaient jour et nuit aux côtés des enfants. On les appelait les "présences proches". C'est aussi à cette période que Deligny et son équipe inventent une cartographie unique et inestimable pour rendre compte des déplacements des enfants.

Gisèle Durand et Jacques Lin présentent les cartes à Monoblet (septembre 2022)
Gisèle Durand et Jacques Lin présentent les cartes à Monoblet (septembre 2022)
- Marie Plaçais

Fernand Deligny, poète

Fernand Deligny a écrit toute sa vie. Son écriture, depuis les nouvelles d'Armentières et jusqu'à la dernière tentative autobiographique rédigée durant le dernier acte de sa carrière, est à son image : un laboratoire foisonnant. Le cinéma occupe également une place centrale dans son cheminement. La caméra accompagna chacune de ses tentatives et il fut également une source d’inspiration pour bon nombre de ses contemporains cinéastes. Notons qu'il a correspondu avec François Truffaut pendant 20 ans et qu'il a imaginé plusieurs films avec le réalisateur Renaud Victor.

Pour en parler

  • Richard Copans, réalisateur et producteur, fondateur de la société  Les Films d’ici
  • Sandra Alvarez de Toledo, fondatrice des éditions de L’Arachnéen
  • Catherine Perret, philosophe et psychanalyste
  • Jacques Lin, ouvrier retraité et Gisèle Durand Ruiz, peintre, compagnons de route de Deligny et présences proches sur le réseau des Cévennes
Affiche du film de Richard Copans "Monsieur Deligny, vagabond efficace
Affiche du film de Richard Copans "Monsieur Deligny, vagabond efficace
- Shellac (2020). Production Les Films d'ici et les Films Hatari

Lectures : Madeleine Louarn, metteuse en scène de la compagnie Catalyse au Centre National pour la création adaptée encadre la lecture des comédiens Emilio Le Tareau, Tristan Cantin, Jean-Claude Pouliquen et la comédienne Christelle Podeur.
Merci à Thierry Seguin pour l’organisation de cette journée.

Les extraits des films diffusés : Projet N, Alain Cazuc (1983) - Ce gamin, là, Renaud Victor (1976) - Le moindre geste, Fernand Deligny (1971) - La moindre des choses, Nicolas Philibert (1996)
Archives diffusées (extraits) : Fernand Deligny au micro de Jacques Chancel (France Inter, Radioscopie , 1980) - Jean Oury et Jean-Pierre Daniel, dans les bonus du coffret DVD Le cinéma de Fernand Deligny (éditions Montparnasse, 2007)

Bibliographie sélective

Film documentaire :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Musique

  • Bande Originale du Film de François Truffaut, Les quatre cents coups (1959). Musique composée par Jean Constantin - Anne Paceo, Reste un oiseau. Extrait de l'album S.H.A.M.A.N.E.S (2022)

À venir

Exposition Fernand Deligny. Légendes du radeau au Centre régional d'art contemporain de Sète (11 février - 28 novembre 2023)

Générique

Un documentaire de Lou Quevauvillers, réalisé par Marie Plaçais. Prises de son, Charles Bouticourt, Andreas Jaffré et Manuel Couturier. Mixage, Mathieu Touren. Archives Ina, Véronique Jolivet. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France. Attachée de production et page web, Sylvia Favre.

Pour aller plus loin

À lire et écouter aussi : Tentatives : Fernand Deligny

L'équipe