Gébé au Festival international du livre et du film "Étonnants voyageurs" (Saint-Malo, 08.06.2003)
Gébé au Festival international du livre et du film "Étonnants voyageurs" (Saint-Malo, 08.06.2003)
Gébé au Festival international du livre et du film "Étonnants voyageurs" (Saint-Malo, 08.06.2003) ©Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE
Gébé au Festival international du livre et du film "Étonnants voyageurs" (Saint-Malo, 08.06.2003) ©Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE
Gébé au Festival international du livre et du film "Étonnants voyageurs" (Saint-Malo, 08.06.2003) ©Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE
Publicité
Résumé

Né à Villeneuve-Saint-Georges en 1929, enfant du Front populaire, adolescent des bals de la libération, jeune adulte enthousiaste de l’après-guerre et du baby-boom, Gébé en gardera toujours la joyeuse humanité et le sens du lien avec l’autre.

En savoir plus

Enfant d’un père ajusteur-mécanicien et d’une mère cuisinière, Gébé a grandi à Villeneuve-Saint-Georges, ville des cheminots de la banlieue sud de Paris.

Si ses dessins satiriques dans Hara-Kiri et Charlie-hebdo avec la bande des Cavanna, Cabu, Reiser, Willem, Topor, Siné ou Wolinski ont marqué les esprits, l’œuvre de Gébé reste dense et éclectique. Amoureux d’opéra, de swing, de rap et de tous les arts en général, Gébé n’aura eu de cesse, au fil du temps et des événements du monde, de poser son regard plein d'acuité et son crayon rebelle, sur la vie et le destin de chacun de nous.

Publicité

La vie du rail, Hara-Kiri, Paris Match, Le journal du dimanche, Pilote, La grosse Bertha, Zéro, L’idiot international, Charlie Hebdo (dont il restera le directeur de publication jusqu’à sa mort)… tout au long du parcours de Gébé, l’irrévérence combative et la subversion heureuse ont assailli tous les codes de l’ordre établi. But : célébrer un monde plus juste et plus tolérant ; avec comme épée de Damoclès, la censure active des années 70. À sa façon, Gébé représente la conscience du prolétariat éclairé. Un touche-à-tout drôle et inventif qui veut parler à tous les gens quel que soit le domaine :  la bande dessinée avec Berck ou L’âge de fer, la TV avec Palace et Merci Bernard, le roman autobiographique avec Les résistants du square ou encore la chanson (qui frappe ! ) avec Casse-têtes, immortalisée par Yves Montand.

La petite maison de Gébé et sa famille à St-Sauveur-sur-École (77), paradis quotidien à la campagne
La petite maison de Gébé et sa famille à St-Sauveur-sur-École (77), paradis quotidien à la campagne
© Radio France - François Teste

"On a bu à Hara Kiri, on a fait l’amour à Hara Kiri, on s’est promené à poil à Hara Kiri ! On y a fait venir les habitants de l’immeuble, on y a fait venir le quartier, on a fait des bals dans la rue, on a tout fait ! Plus je connais la presse plus je pense qu’il faut continuer Hara Kiri, ne serait ce que pour moi, égoïstement". Gébé

Gébé, c’est à la fois la plume et le crayon pour un même idéal ! Le bonheur partagé. Il le pratiquait au quotidien, chez lui, entouré de sa femme Nicole, dans sa petite maison de Saint-Sauveur-sur-Ecole (en Seine et Marne) avec son parc un zest sauvage et des arbres démesurés aux branches tortueuses qu’il affectionnait particulièrement par temps d’orage. Une porte d’entrée au fantastique et au non-sens, perceptible à degrés et traits différents suivant ses dessins ; et complètement exacerbés dans Berck, la créature multiforme et absurde qui l’a fait connaître. Ajoutez une philosophie d’humble constructeur et vous aurez le parfait portrait du dessinateur-fraiseur : "Je ne suis qu’un artisan modeste et consciencieux, un simple travailleur manuel. J’élabore mon œuvre comme le menuisier rabote sa planche, tourne un pied de chaise, ajuste un meuble. Mon stylo ou mon crayon, c’est un outil comme un autre" (sic le dessinateur). Comme dit Riss de Charlie Hebdo, "quand Gébé dessinait une grosse machine même compliquée, fallait qu’elle tourne pour de vrai ! ".

Dessin de Riss en hommage au "Toute une vie" consacré à Gébé sur France Culture
Dessin de Riss en hommage au "Toute une vie" consacré à Gébé sur France Culture
- Riss

Chef d’œuvre et film culte de son appel à une société libre et solidaire : L'An 01. En 1973, sa bande dessinée utopique et joyeuse contre le mirage d’une société de marché, devient le premier long métrage de Jacques Doillon. L’empreinte libertaire de mai 68 est encore toute fraîche. Un véritable succès cinématographique (500 000 entrées en quelques semaines) mais surtout les prémices, bien avant le web, de ce que l’on appelle, aujourd’hui "les réseaux sociaux". À l'époque, internet n'existe pas et l'ancestral minitel évolue au stade embryonnaire ! L’An 01 n’a ni premier rôle ni personnage principal. Chaque individu est le héros qui échange avec l’autre. Concrètement, 300 personnes, partout en France, alimentent et enrichissent l’histoire à partir des planches de Gébé (l’auteur sillonne l’hexagone en R16 ! ) et tournent ensuite comme acteurs amateurs avec les débutants de l’époque (Gérard Depardieu, Jacques Higelin, Miou-Miou, Coluche, Josiane Balasko, Daniel Auteuil…). On y dénonce le "ras le bol des villes" tout en vantant le retour à la nature et l’entraide spontanée. Vous avez dit "écologie" et "initiatives citoyennes" ? Et oui, des mots et des formules qui font tous les jours l’actualité, 50 ans après. Alors, visionnaire, Gébé ? Sans doute, mais surtout bâtisseur, à l’image de sa signature, robuste comme l’acier. En exergue malicieux, Frédéric Pajak, amis de Gébé et éditeur de beaucoup de ses ouvrages aux Cahiers dessinés conclut : "Dans l’An 01, le manifeste est : on arrête tout, on réfléchit et c’est pas triste. C’est un slogan politique tout à fait novateur. Nous, aujourd'hui, on a vécu une pandémie, on a dû tout arrêter, on n’a pas réfléchi et c’était triste. Si on avait écouté Gébé, ça aurait été beaucoup plus drôle ! ".

Dédicace de Gébé pour l'émission de jazz "Swing, blues and sun" sur Radio France Melun
Dédicace de Gébé pour l'émission de jazz "Swing, blues and sun" sur Radio France Melun
- Gébé pour Dominique Prusak

Pour en parler

  • Alexandre Devaux, historien du dessin de presse et petit-gendre de Gébé
  • Delfeil de Ton, journaliste à Hara-Kiri
  • Jacques Doillon, cinéaste et réalisateur de L'An 01
  • Catherine Siné, directrice de Siné Mensuel
  • Jean-Christophe Menu, dessinateur. Il a réédité L'An 01
  • Riss, directeur de publication de Charlie Hebdo
  • Frédéric Pajak, dessinateur, écrivain, éditeurs des œuvres de Gébé
  • Jean-Michel Ribes, auteur de Palace avec Gébé
  • Patrice Leconte, cinéaste et dessinateur au journal Pilote avec Gébé
De "Charlie Hebdo" : Riss (G), directeur de publication et Gérard Biard, rédacteur en chef
De "Charlie Hebdo" : Riss (G), directeur de publication et Gérard Biard, rédacteur en chef
© Radio France - Dominique Prusak

Bibliographie

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Générique

Un documentaire de Dominique Prusak, réalisé par François Teste. Archives Ina, Ingrid Lecointe. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France. Page web Sylvia Favre

Dans "Si par hasard au piano bar (15.05.1984), Gébé parle d'Hara-Kiri

1 min

Musique

  • François Béranger, Première chanson de l'An 01
  • MC solaar, Qui sème le vent récolte le tempo
  • Les garçons Bouchers, Du Beaujolais
  • Michele Brousse, BO de Vive les femmes
  • Wolinski, Le cul des Cubaines
  • Billie Holiday, Solitude
  • François Béranger, Chanson des clefs
  • Yves Montand, Casse-têtes
  • Juliette Gréco, Bleu sans cocaïne

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Extraits diffusésL'An 01, un film de Gébé et Jacques Doillon

Archives Ina avec la voix de Gébé : Magazine des arts (France 3, 21.03.1980) - Magazine des actualités culturelles (Antenne 2, 11.09.1979) - Journal du soir, 1ère chaîne TV (ORTF, 24.02.1973) - Les après-midi de Daniel Mermet (France Inter, 15.05.1984)

Pour aller plus loin

À réécouter : Liberté de la presse 2/4

Références

L'équipe

Anaïs Kien
Production
François Teste
Réalisation
Dominique Prusak
Production déléguée
Sylvia Favre
Collaboration
Anaïs Kien
Coordination